Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fusion Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées, les 4 députés des P.-O. absents lors du vote

Publié le par 2012

Aucun député des P.-O. n'était présent mercredi à l'Assemblée lors de la seconde lecture du texte de loi.

Le président de Région, Damien Alary, rend, lui, les armes.

"Ne tuez pas l'Alsace". La banderole déployée mercredi dans l'hémicycle du palais Bourbon par treize députés alsaciens opposés à la fusion de leur région avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne (Libération d'hier) n'a pas eu de déclinaison catalane ou 'languedo- roussillonaise'. Ceux qui attendaient, en particulier les trois députés 'bourquinistes' des P.-O. le même genre d'engagement que celui du feu président de Région contre la fusion avec Midi-Pyrénées, en ont eu pour leur frais.

Ni Jacques Cresta, ni Pierre Aylagas, ni Robert Olive pas plus que l'UMP Fernand Siré n'étaient présents lors des débats et seul Pierre Morel-A-L'Huissier, député UMP de Lozère, a défendu la non-fusion. A noter que les députés Cresta, Olive et Aylagas n'ont pas répondu à nos sollicitations.

Déjà au mois d'août, Cresta et Aylagas s'étaient abstenus lors du vote de l'acte I de la réforme territoriale. Ils n'ont donc pas non plus participé ni voté à l'occasion de cette seconde lecture qui a accouché d'une carte de France à 13 régions et donc à la fusion Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Le vote final est certes programmé mardi mais la manifestation des opinions dans l'hémicycle aurait pu ne pas attendre.

La sénatrice PS et présidente du conseil général des P.-O., opposée elle aussi à la fusion, veut garder espoir : "Je ne suis pas surprise, il y avait déjà eu un vote dans ce sens mais le vote officiel c'est mardi". Mais Hermeline Malherbe dit être "dubitative car je ne suis pas certaine d'obtenir une région comme on le souhaite. Pour autant, quelle que soit l'issue, 13 ou 15 régions, je pense d'abord à nos concitoyens et au maintien de services comme le train à 1 euro ou au développement économique avec la marque Sud de France. Je me battrai pour défendre cela mais pas question d'opposer les habitants du Languedoc-Roussillon et ceux de Midi-Pyrénées".

Le sénateur UMP François Calvet est, lui, ravi : "La nouvelle carte correspond à mes souhaits, il faut maintenant se préparer à faire du lobby auprès de Toulouse pour rentrer dans de bonnes conditions dans cette nouvelle grande région. La place des P.-O. y est très importante car on est sur la chaîne des Pyrénées, sur la façade maritime et sur la partie transfrontalière la plus importante".

Le député UMP Fernand Siré est également satisfait : "C'est ce que je veux depuis plus de 20 ans. J'ai toujours considéré qu'on était la façade maritime de Toulouse et on peut développer beaucoup de liens économiques autour d'Airbus notamment".

http://www.lindependant.fr/2014/11/21/les-elus-des-p-o-entre-absence-et-attentes,1957875.php