Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un troisième avion fait un atterrissage d’urgence au Canada,ces la troisième fois au cours de la fin de semaine (video medias fr)

Publié le par 2012

 

VOIR LA VIDEO MEDIAS FR PAR ICI http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/2014/12/29/001-avion-atterrissage-urgence-calgary-londres.shtml

 

Pour la troisième fois au cours de la fin de semaine, un avion a dû se poser d'urgence à cause d'un problème à bord.

Un vol d'Air Canada Calgary-Londres a décollé dimanche de la métropole albertaine à 19 h, heure locale. Une fois rendu près de la côte ouest du Groenland, le Boeing 767 avec 201 passagers à bord a été contraint de mettre le cap vers Toronto, où il a atterri lundi matin.

Un avion d'Air Canada Un avion d'Air Canada  Photo :  PC/Presse canadienne/Frank Gunn

Angela Mah, une porte-parole d'Air Canada, a mentionné que cette manoeuvre s'est faite « par excès de prudence, en raison d'une légère odeur électrique » à l'intérieur de l'appareil.

Un autre avion a décollé à 7 h, heure de l'Est, pour emmener les passagers du vol AC850 à bon port.

Il s'agit donc du troisième avion à avoir connu un problème de ce genre durant le week-end. Dimanche, deux appareils de la compagnie aérienne Porter ont dû atterrir d'urgence après que de la fumée eut été détectée à bord.

De petits pépins qui sont dans l'ordre des choses

Jean Lapointe, pilote et expert en aviation civile
Jean Lapointe, pilote et expert en aviation civile

Jean Lapointe est pilote et expert en aviation civile et, selon lui, pareils incidents sont de « petits pépins mécaniques » normaux : « Quand on parle de fumée, nous les pilotes on est entraînés à rapidement fermer le système de divertissement (qui contrôle par exemple les téléviseurs qu'utilisent les passagers) et l'alimentation électrique vers les cuisines utilisées par les agents de bord ».

Par la suite, explique M. Lapointe, il s'agit pour le pilote de trouver un aéroport de dégagement le plus rapidement possible. « Nous pilotes, on préfère régler la problématique au sol plutôt que de le faire en vol », dit Jean Lapointe.

« Il faut bien savoir qu'un vol qui part de Calgary, comme sur le 767 d'Air Canada, sera à plus d'une heure de vol d'un aéroport adéquat. Pour faire cette traversée-là au-dessus de l'océan Atlantique ou Pacifique, il faut avoir tous les systèmes à bord qui fonctionnent normalement. Par la suite, si le vol est retardé de quatre heures, au moins on est en pleine sécurité. » Jean Lapointe, pilote et expert en aviation civile

http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/2014/12/29/001-avion-atterrissage-urgence-calgary-londres.shtml