Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Caraïbes doivent se préparer à des sécheresses plus intenses en raison des changements climatiques

Publié le par 2012

Sept des 36 pays avec le niveau de déficit le plus élevé en termes de disponibilité en eau dans le monde se trouvent dans les Caraïbes

21 juin 2016, Barbade – Il est prévu que les changements climatiques augmentent l’intensité et la fréquence des sécheresses dans les Caraïbes. Par conséquent les pays doivent améliorer leurs capacités à faire face aux problèmes liés au climat, afin de garantir la sécurité alimentaire et éradiquer la faim, a signalé aujourd’hui la FAO.

Les Caraïbes font face à d’importants défis en termes de sécheresse, selon une nouvelle étude de la FAO. La région se trouve confrontée à des phénomènes épisodiques annuels similaires à la sécheresse, et souvent la faible disponibilité en eau affecte l’agriculture et les ressources hydriques, générant un nombre élevé d’incendies forestiers.

Les pays de la région des Caraïbes connaissent également des saisons sèches plus intenses, particulièrement durant les années pendant lesquelles le phénomène « el Niño » a sévi. Bien que l’impact des périodes de sécheresse soit généralement compensé par la prochaine saison des pluies, les saisons humides se terminent souvent plus tôt que prévu et les saisons sèches deviennent de plus en plus longues, avec pour conséquence, des pluviométries annuelles inférieures à la normale.

Sept des 36 pays avec le niveau de déficit le plus élevé en termes de disponibilité en eau dans le monde se trouvent dans les Caraïbes. La Barbade figure sur la liste des 10 pays avec une faible disponibilité en eau. Selon la FAO, les pays des Caraïbes avec le plus grand déficit en eau sont : la Barbade, Antigua-et-Barbuda, Saint-Kitts-et-Nevis, car ils ont moins de 1 .000 m3 de ressources d’eau douce per capita.

"La sécheresse est la cause la plus importante de l’insécurité alimentaire aiguë dans les pays en développement. Par conséquent, elle représente un enjeu crucial pour la sécurité alimentaire dans les Caraïbes", a signalé Deep Ford, Coordonnateur Régional de la FAO dans les Caraïbes.

Les impacts de la sécheresse sur l’agriculture et la sécurité alimentaire

Avec les sécheresses qui deviennent de plus en plus périodiques et saisonnières, l’agriculture constitue le secteur qui sera le plus affecté, avec de graves conséquences socioéconomiques.

Cela est d’autant plus important, sachant que la majeure partie de l’agriculture des Caraïbes est pluviale. Avec l’utilisation de plus en plus généralisée de l’irrigation dans les Caraïbes, l’approvisionnement en eau douce des pays sera plus problématique.

La sécheresse peut affecter le secteur agricole de diverses manières, à travers notamment la diminution des rendements et de la productivité des cultures provoquant la mort prématurée de bétails et de volailles. Une période de sécheresse de 7 à 10 jours seulement peut diminuer le rendement agricole et affecter les conditions de vie des agriculteurs et agricultrices.

Les agriculteurs et agricultrices, en particulier, les petits agriculteurs et les petites agricultrices, sont très vulnérables à la sécheresse. Le manque de précipitations menace leurs moyens de subsistance surtout quand leurs productions agricoles sont pluviales. La faible disponibilité en eau augmente les coûts de production du fait qu’ils doivent recourir aux systèmes d’irrigation.

La sécheresse affecte la valeur nutritionnelle des zones d’élevage de bétails, puisque les espèces résilientes à la sécheresse, de qualité inférieure, commencent à dominer, en augmentant la vulnérabilité du bétail. La sécheresse augmente également le risque de maladies du bétail.

Les pauvres sont vulnérables du fait que les périodes de sécheresse vont souvent de pair avec l’augmentation des prix des aliments. L’eau déssalinisée, bien qu’elle soit plus coûteuse, devient une source d’approvisionnement en eau de plus en plus importante dans les Caraïbes, et représente jusqu’à 70% de la fourniture en eau en Antigua-et-Barbuda, ce qui peut affecter considérablement les pauvres.

Les communautés rurales sont vulnérables puisque leurs réseaux d’eau sont frappés plus durement durant la sécheresse, tandis que les enfants sont plus exposés aux risques d’approvisionnement inadéquat de l’eau durant la sécheresse.

Les changements climatiques posent de nouveaux défis

Les désastres naturels qui sévissent plus fréquemment dans les Caraïbes sont liés au climat, et leurs effets peuvent augmenter en raison des changements climatiques. La vulnérabilité de la région face aux dangers climatiques se manifeste par la perte en vies humaines et les pertes économiques et financières annuelles résultant des grands vents, des inondations et des périodes de sécheresse.

Entre 1970 et 2000, les Caraïbes ont souffert des pertes directes et indirectes estimées entre US $ 700 millions et US $ 3,3 milliards de dollars américains en raison des désastres naturels liés aux phénomènes météorologiques et climatiques.

Jusqu’à maintenant, les pays de la région des Caraïbes avaient mis un accent particulier sur la réduction de l’impact négatif des inondations et des tempêtes. C’est pourquoi, actuellement, elles ont un déficit en gouvernance effective, en ressources humaines et financières nécessaires pour aborder avec efficacité les problèmes liés à la sécheresse.

De la même manière, la région des Caraïbes est marquée par une faible coordination au niveau national dans la formulation et la planification des politiques. Des programmes régionaux et nationaux ont mis en place des systèmes de réponses en vue d’augmenter la résilience des pays face à l’impact de la sécheresse. Beaucoup d’entre eux se trouvent encore au niveau de draft, en révision, ou enregistrent des manquements dans leur processus de mise en œuvre.

Toutefois, l’ampleur de la sécheresse de 2009 - 2010 a obligé la région à réagir. Depuis 40 ans, c’est la pire sécheresse qu’a connue la région provoquant une carence remarquable en eau, générant des pertes dans l’agriculture et d’autres secteurs économiques clés, et affectant les moyens de subsistance des populations affectées.

Cet évènement a obligé les pays à reconsidérer l’intensité des sécheresses dans la région d’ici la fin de l’année comme un désastre qui requiert des planifications dont la gestion doit se faire de manière plus stratégique.

Les cadres régionaux constituent le premier pas

Trois cadres très pertinents pour la gestion de la sécheresse se distinguent dans la région, dont : le Cadre Stratégique de Gestion Intégrale des Désastres, le Cadre Régional de la CARICOM pour un Développement Résilient aux Changements Climatiques en 2011-2021, et l’Initiative Jagdeo. En outre, le Réseau de Suivi de la Sècheresse et des Précipitations dans les Caraïbes (CDPMN) a été établi, après la sécheresse qui a sévi en 2009.

Cependant, la nécessité la plus urgente c’est que les pays développent des initiatives nationales plus consistantes. Selon le rapport de la FAO, actuellement la formulation de politiques et la planification liées à la sécheresse sont inhibées par la faible gouvernance, le manque de financement et la mauvaise coordination de la gestion des terres.

"Ces problèmes peuvent être surmontés par une forte volonté politique impliquant la participation de tous les acteurs locaux dans les processus politiques de planification, ce qui permettra un développement durable de l’approvisionnement en eau afin d’affronter les défis à venir", a conclu Ford.

carte jeu illuminati 1995,nouvel ordre mondial

carte jeu illuminati de luxe 2005,plan nouvel ordre mondial

 

http://www.fao.org/americas/noticias/ver/fr/c/420796/

Commenter cet article