Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le garde du corps de la princesse saoudienne mis en examen,accusé d'avoir molesté un artisan parisien.La princesse aurait quitté Paris.

Publié le par 2012

Le cerbère de la princesse a été présenté samedi 1er octobre à un juge d'instruction qui a ouvert une information judiciaire des chefs de violences avec arme, séquestration et complicité de séquestration sur personne ayant provoqué une ITT de moins de huit jours. Soupçonné d'avoir molesté un artisan parisien qui intervenait dans l'appartement parisien de la famille royale, situé avenue Foch dans le 16e arrondissement de Paris, il a été mis en examen. Devant le juge, le vigile a réitéré sa version des faits à savoir qu'il n'a effectué que les gestes strictement nécessaires pour immobiliser l'artisan après avoir entendu les cris de la fille unique du roi Salman d'Arabie.

De son côté, la victime présumée a affirmé lors de son audition par la police que la princesse était présente lors de son « tabassage ». Sans la mettre toutefois en cause cette fois comme « donneuse d'ordre » contrairement à ce qu'il avait indiqué lors de sa première déposition.

La police judiciaire a finalement pu accéder à l'appartement. Brièvement placée en garde à vue, la fille unique du roi Salman d'Arabie saoudite, 42 ans, a, selon nos informations, très peu coopéré arguant du fait qu'elle était protégée par son immunité diplomatique. Un statut confirmé aux enquêteurs par son ambassade, selon une source judiciaire. La princesse aurait quitté Paris. Joint par Le Point, un porte-parole de la représentation du royaume à Paris n'a pas souhaité faire de commentaires. Les policiers ont profité de leur visite pour récupérer les outils de l'entrepreneur.

Un pistolet automatique retrouvé

Le vigile avait été déféré dans la matinée de samedi devant un magistrat du parquet de Paris après avoir passé ces deux dernières nuits en garde à vue. Le cerbère de la fille du roi Salman n'a pas convaincu les enquêteurs de la police judiciaire qui l'entendaient depuis jeudi midi. Il s'était présenté de son propre chef à la 1re DPJ, à Paris. Selon une source proche de l'enquête, ce professionnel de la sécurité d'une quarantaine d'années a simplement reconnu avoir maîtrisé la victime présumée avec la force strictement nécessaire – « une clé au bras et la main sur le visage » – « des gestes classiques » dans la protection rapprochée, selon son avocat maître Élie Hatem. Alors que le suspect niait toute utilisation d'arme à feu contre l'ouvrier, les policiers ont retrouvé un pistolet automatique à son domicile. Il est titulaire d'un permis de port d'armes régulièrement obtenu auprès du ministère de l'Intérieur. Dans la sécurité privée, les agents de nationalité française essuient généralement un refus de la part de Beauvau, sauf exception notamment pour ceux qui accompagnent les familles royales du Golfe grâce à l'intervention du Quai d'Orsay.

Le 26 septembre, un artisan de 53 ans appelé pour faire des travaux dans l'appartement de cette héritière du roi d'Arabie saoudite avait déposé une plainte après avoir, affirme-t-il, été brutalisé par un de ses gorilles. La raison : il avait photographié les lieux, afin de pouvoir remettre tout en place à l'issue de son intervention, mais la princesse l'avait accusé de vouloir revendre les clichés à la presse. D'après ses déclarations, il a été ligoté puis tenu en joue par un homme qui lui enjoignait de baiser les pieds de sa patronne.

Me Élie Hatem a remis en cause la version de la victime : « Il y avait plus de 20 personnes dans l'appartement. Comment ces faits décrits par le plaignant ont pu passer inaperçus ? » Contactée à plusieurs reprises, la victime n'a pas donné suite à nos sollicitations.

http://www.lepoint.fr/societe/la-princesse-saoudienne-aurait-quitte-paris-sans-se-justifier-01-10-2016-2072747_23.php#xtor=CS3-192

Commenter cet article