Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 2 novembre 2016, le très maçonnique Comité Laïcité République (CLR) a décerné son prix national de la Laïcité au député PS Malek Boutih, 52 ans, avec un discours de clôture du Premier Ministre Manuel Valls, dans le Grand Salon de l’Hôtel de Ville de Paris.

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

 

Remise du Prix de la Laïcité 2016. discours de Manuel Valls, au centre de la tribune, Patrick Kessel, président du CLR

 

Le 2 novembre 2016, le très maçonnique Comité Laïcité République (CLR) a décerné son prix national de la Laïcité au député PS Malek Boutih, 52 ans, avec un discours de clôture du Premier Ministre Manuel Valls, dans le Grand Salon de l’Hôtel de Ville de Paris.

 «La Laïcité, c’est la France, la République, son unité, sa flamme», a lancé Manuel Valls, avant d’ajouter que la laïcité est «la clef de voûte de la République». Et le leader socialiste de regretter qu’«à force de fermer les yeux, les communautarismes sont montés en flèche, qu’on a laissé faire les prêcheurs de haine», et d’appeler à reconquérir «le terrain perdu depuis des années». Le Premier ministre a salué les qualités de l’ancien président de SOS Racisme Malek Boutih, son ami politique, soulignant qu’il apprécie son «parler vrai», son «parler cru», «qui peut faire mal mais qui réveille les consciences».

 

boutih

Malek Boutih, député PS de l’Essonne

C’est incontestable que Malek Boutih n’est pas le plus grand praticien de la langue de bois politique. Visiblement ému, celui qui confesse recevoir plus de claques que de prix, a dédié son prix «à toutes les femmes qui vivent en oppression dans le monde arabe». Et le député de l’Essonne de souligner que l’islamisme est le principal ennemi, en raison de son totalitarisme.

«Les islamistes flagellent, emprisonnent, terrorisent, enlèvent et massacrent»

Maryam Namazie, femme politique féministe et communiste iranienne, ne disait pas autre chose, lorsqu’elle a reçu le Prix International de la Laïcité 2016: «Les islamistes instaurent des discriminations, organisent l’ostracisme, flagellent, emprisonnent, terrorisent, enlèvent et massacrent, mais c’est toujours la victime qu’on accuse de “provocation” pour mieux la blâmer» (comme Charlie Hebdo, après le massacre du 7 janvier 2015).

Le président du CLR, Patrick Kessel, avait, lui, affirmé que lorsque les communautarismes progressent, que la laïcité recule, «les premières victimes sont les femmes». Avant de lancer: «Ceux qui ont inventé le concept d’islamophobie pour empêcher la critique de l’islamisme radical prétendent lutter contre l’extrême droite… alors qu’ils en font le lit!»

Cette année encore, cette manifestation ne manquait pas de panache sous les ors de la République. Le CLR, présidé par l’ancien Grand Maître du GODF Patrick Kessel, bénéficie du soutien fraternel du Premier Ministre Manuel Valls, lui-même initié au GODF, qui a dû être bien heureux de voir son ami politique Malek Boutih couronné du Prix national de la Laïcité. Beaucoup de dignitaires maçonnique étaient présents parmi les centaines de participants à la cérémonie. Notons en quatre, l’un à côté de l’autre au premier rang : Christophe Habas, Grand Maître du GODF, Philippe Foussier, 1er Grand Maître Adjoint du GODF et Président délégué du CLR, Philippe Guglielmi, ancien Grand Maître du GODF, et Marie-Thérèse Besson, Grande Maîtresse de la GLFF.

VOIR ICI LE Dossier presse Comité Laïcité République Prix de la Laïcité 2016 Présentation des lauréats

 

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2016/11/02/malek-boutih-prix-de-la-laicite-2016-felicite-par-manuel-valls/

Commenter cet article