Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chômage :Le franc-maçon et premier ministre Bernard Cazeneuve pris en flagrant délit de mensonge à l'Assemblée (video media fr)

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Lors des questions au gouvernement, le premier ministre a pris des indicateurs différents pour démontrer que le nombre de chômeurs avait plus augmenté sous Sarkozy que sous Hollande. Or en prenant la donnée qu'il a utilisée pour fustiger l'héritage de l'ancien président, on arrive à la conclusion inverse.

On le sait, les politiques sont bien souvent fâchés avec les chiffres et s'emmêlent régulièrement les pinceaux lorsqu'il s'agit d'agrémenter leurs démonstrations de quelques données objectives bien choisies. Mais là où le bât blesse, c'est lorsque les mêmes tordent volontairement les statistiques pour leur faire dire ce qu'ils ont envie de leur faire dire, voire pour accentuer un effet qui généralement n'a pas besoin de l'être. C'est exactement ce qu'a fait, ce mercredi après-midi lors de la séance de questions au gouvernement, Bernard Cazeneuve en répondant à une députée de l'opposition qui l'interpellait sur la hausse du chômage depuis le début du quinquennat.

Dans sa réponse, le premier ministre a commis une double erreur, très dommageable à ce niveau-là de responsabilité et surtout lorsqu'on a, comme il le prétend, l'exemplarité et la droiture chevillées au corps. L'ex-premier flic de France a tout d'abord repris le chiffre -cité il est vrai par la députée LR dans sa question- de 570.000 demandeurs d'emploi de plus en catégorie A en France depuis l'élection de François Hollande. Or cette donnée ne concerne que la France métropolitaine et ne tient pas compte de l'évolution du chômage dans les départements d'outre-mer. Pourtant, les demandeurs d'emploi outre marins ne sont pas des sous-chômeurs, voire des faux chômeurs, comme le laisse à penser l'omission du premier ministre. Et on comprend pourquoi il préfère, pour peu qu'il en ait conscience, les passer sous silence. En intégrant les chômeurs des Dom au calcul, on dépasse en effet la barre des 600.000 chômeurs de plus depuis le début du quinquennat Hollande, précisément 600.200!

Mais il y a pire que cette mini-bourde. Dans sa fougue, Bernard Cazeneuve a voulu remettre à sa place la députée de l'opposition en comparant le bilan Hollande en matière de chômage, soit 570.000 chômeurs de plus, avec l'héritage Sarkozy que la majorité actuelle a trouvé en arrivant aux affaires en 2012. Soit, à l'en croire, «un million de chômeurs en plus», le fameux «million de chômeurs en plus» sous la précédente mandature que la gauche ne cesse de ressortir quand elle évoque le quinquennat précédent. Le problème, c'est que le premier ministre compare, comme Michel Sapin, François Hollande, François Rebsamen, Manuel Valls ou même Myriam El Khomri avant lui, des données qui ne sont pas comparables. Et les mettre, au même niveau pour parvenir à ses fins, relève de la désinformation pure et simple.

En évoquant «un million de chômeurs en plus», Bernard Cazeneuve totalise en effet les inscriptions à Pôle emploi en plus entre mai 2007 et avril 2012 dans les catégories A, B et C (la première recense les demandeurs d'emploi sans activité et les deux autres ceux dit en activité réduite, c'est-à-dire travaillant moins et plus de 78 heures dans le mois concerné). Puis il compare ce chiffre avec la hausse des inscrits depuis l'élection de François Hollande uniquement en A, occultant donc volontairement l'explosion enregistrée dans les deux autres (B et C). Or, en les incluant, le son de cloche n'est pas du tout le même et on comprend pourquoi, en prenant connaissance du résultat final, l'exécutif agit de la sorte ou fait la sourde oreille quand on le lui fait dit.

Depuis l'élection de François Hollande, il y a eu pas moins de 1.153.600 inscrits en plus dans les catégories A, B et C de Pôle emploi en France métropolitaine, contre 1.067.800 demandeurs d'emploi supplémentaires au cours du mandat de Nicolas Sarkozy. Soit, pour qui sait compter, quelque 85.800 inscrits en plus depuis le début de cette législature que sous toute la précédente. Soit encore, et toujours en ne se centrant que sur la métropole, une moyenne de 20.600 demandeurs d'emploi en plus par mois en catégories A, B et C sous Hollande contre +17.800 en moyenne chaque mois sous Sarkozy. De plus, parler de chômeurs pour les inscrits en catégories A, B et C est exagéré -tout le monde fait l'erreur, même François Fillon- car il faut savoir que 840.000 demandeurs d'emploi référencés en catégorie C (sur le 1,25 million d'inscrits en France métropolitaine dans cette catégorie) travaillent au moins à trois quart-temps, soit a minima 26h par semaine. Pis, 350.000 selon les statistiques officielles ont un job à 35h par semaine! On ne peut donc pas, dès lors, parler de chômeurs dans leur cas mais simplement de demandeurs d'emploi.

Revenons à nos moutons. La conclusion de la vraie-fausse tentative de manipulation de Bernard Cazeneuve? En prenant le même indicateur qu'utilise la gauche pour mesurer la hausse du chômage lors du précédent quinquennat, on arrive au résultat que le nombre d'inscrits à Pôle emploi a plus augmenté sous Hollande que sous Sarkozy. A trop vouloir en faire, la majorité actuelle se discrédite. Sa stratégie de dénigrement est d'autant plus stupide qu'il lui suffirait de simplement comparer les évolutions du chômage dans la seule catégorie A sur les deux périodes, que ce soit dans le seul hexagone ou en intégrant les dom, pour démontrer que «c'était pire avant». En effet, le nombre de chômeurs en catégorie A sous Nicolas Sarkozy a augmenté de 740.800 en 5 ans (soit +12.374 par mois), contre une hausse de 580.600 depuis le début de ce quinquennat (soit +10.368 par mois).
http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2017/01/26/29002-20170126ARTFIG00028-chomage-bernard-cazeneuve-pris-en-flagrant-delitdelire-de-mensonge-a-l-assemblee.php