Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christophe Bejach, ex-conseiller du gouvernement Hollande condamné dans une affaire de pédophilie...échappe à la prison

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

 

Comme d'habitude, les médias ne sont (pour l'instant en tout cas) pas intéressés par l'information alors qu'elle a été publiée il y a deux jours par le Daily Mail.
 
Le fait qu'il s'agisse d'un ancien conseiller du ministre Montebourg, actuellement candidat à la présidentielle y est certainement pour quelque chose.  Christophe Bejach a également passé plusieurs années au Conseil exécutif de la Compagnie Financière Saint Honoré, la société de  holding française du Groupe Edmond & Benjamin de Rothschild.
 
Je n'ai trouvé qu'un rapide article d'Orange  et un autre sur Le Lab qui vise davantage à mettre de la distance entre le pédophile et Montebourg et à critiquer la vilaine "fachosphère" qui a osé parler du sujet.  

MAJ: Quelques heures après la parution de l'article, les médias ont commencé à en parlé, notamment LCIAtlantico ou LenouvelObs donc maintenant, c'est parti. Il faut dire qu'ils ne pouvaient décemment plus passer l'affaire sous silence alors que d'autres médias avaient déjà parlé du scandale et que la pression semblait assez forte sur les réseaux sociaux. Le Huffington Post n'a pas manqué de récupérer l'affaire en nous parlant de "Comment la fachosphère utilise la condamnation d'un pédophile pour éclabousser Arnaud Montebourg".


A noter que ce genre de verdict scandaleux dès qu'il s'agit de politiciens pédophiles n'est pas une première. En 2010, le pédophile Maurice Gutman, membre du CRIF et conseiller municipal UMP avait été condamné...à deux mois de sursis: donc à rien du tout. Comme toujours, on remarquera avec quelle grande clémence sont traités les pédophiles de l'élite et l'omerta qui règne dans les médias au sujet de ces affaires. Ecoeurant ! Fawkes

 
-------
 
La formule « selon que vous serez puissant ou misérable… » se vérifie une fois de plus. Le socialiste Christophe Bejach, membre fondateur de Terra Nova, le think tank du PS, et ancien conseiller d’Arnaud Montebourg lorsque celui-ci était ministre de l’Économie et de l’Industrie, a été condamné dans une affaire de pédophilie jugée au Royaume-Uni en décembre 2016.
 
Christophe Bejach avait visiblement l’intention de jouer au nouveau David Hamilton et de prendre des photos érotiques de très jeunes filles dans une maison qui lui appartient à Bayswater, le quartier le plus huppé de Londres.
 
Mais il est tombé dans un piège tendu par « Sadie », un pseudonyme servant de couverture à une policière chargée de la traque des pédophiles sur internet.
 
Sur le forum de discussion d’un site pornographique, Christophe Bejach a pris contact avec « Sadie » qui se faisait passer pour une mère de famille prête à laisser photographier ses trois filles âgées de 8, 10 et 12 ans dans des situations obscènes.
 
Mais notre intellectuel socialiste ne comptait pas s’arrêter là : il voulait une relation sexuelle avec la jeune fille de 12 ans.
 
Au cours du procès, le juge a précisé :
 
« Vous avez écrit ce que vouliez faire aux enfants, en particulier que vous étiez intéressé par la plus âgée, celle de 12 ans, pas par la plus jeune. »
 
 « Vous avez envoyé des photos de sous-vêtements à Sadie en expliquant que vous vouliez photographier les enfants dans ces tenues . (…) En ce qui concerne la fille aînée, vous vouliez avoir des rapports réels avec elle.»
 
Durant le procès, Christophe Bejach a reconnu être « excité par les filles de 10 ans » et avoir affirmé par chat avec Sadie qu’il avait abusé sexuellement de sa propre fille et qu’il avait lui aussi subi des sévices étant plus jeune. Mais il prétend devant le juge qu’il s’agissait d’un mensonge.
 
Au cours de la perquisition effectuée par la police britannique dans la maison londonienne de Christophe Berjach en juillet 2016, les enquêteurs ont découvert une réserve de 60 images pédophiles mettant en scène des enfants abusés sexuellement dont sept images comportant des actes de pénétration.
 
Or, malgré les faits, la justice britannique s’est révélée très clémente puisque Christophe Berjach est condamné à une « suspended prison sentence » de neuf mois de prison avec sursis.
 
Pour être placé en liberté sous caution avant son jugement, il avait versé une caution de 100 000 £ à la cour, remis son passeport, et observé un contrôle judiciaire strict avec un accès restreint à l’Internet, comme le rapporte le DailyMail.
 
Le fait que Christophe Bejach ait affirmé à celle qu’il prenait pour « Sadie » qu’il avait abusé sexuellement de sa propre fille mériterait ouverture d’une information judiciaire en France. 
 
Mais en pleine campagne présidentielle, cela ferait sans doute trop désordre…
 
Source: MPI

MAJ: RT a publié un article, s'étonnant du silence de la presse hexagonale sur le sujet. Les français en sont rendus à lire la presse russe pour s'informer sur leur propre pays.

L'article précise que grâce à au "«caractère impeccable» de Bejach jusqu'à la période où il a commis ses infractions", il échappe à la prison. De même, "Selon le quotidien britannique Daily Mail, un rapport psychologique a conclu que Christophe Bejach était en proie à un état «dépressif» pendant la période des infractions, ce qui aurait contribué à faire ressortir «des désirs profondément réprimés jusque là et auxquels [il] n'aurait jamais cédé s'[il] n'avait pas sombré dans une grave dépression». Ainsi, pour la juge «une peine d'emprisonnement immédiate n'est pas d'intérêt public». Donc, d'après la justice anglaise, il suffirait d'être un politicien sans reproches mais dépressif pour sombrer dans une "pédophilie excusable" via une amende de 118 000 euros. On aura tout vu: l'argent et le pouvoir achète tout, y compris le silence des médias.