Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les auteurs du rapport sur les risques globaux (Global Risks Report 2017) sonnent l’alarme: en 2017, de multiples menaces pèsent sur l’économie mondiale et l’humanité tout entière.

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Les auteurs du rapport sur les risques globaux (Global Risks Report 2017) sonnent l’alarme: en 2017, de multiples menaces pèsent sur l’économie mondiale et l’humanité tout entière.

Les experts du Forum économique mondial (FEM) et leur co-auteur John Drzik de la société d'assurance Marsh préviennent que la situation politique et sociale actuelle pourrait être catastrophique pour l'économie mondiale.

La signature par Donald Trump de l'acte de retrait du Partenariat transpacifique confirme les craintes du FEM et de Goldman Sachs d'après lesquelles le protectionnisme deviendra une grave menace pour l'économie mondiale en 2017. Pour l'Europe, Goldman Sachs redoute également les effets du Brexit, la montée en force des mouvements populistes, la crise migratoire et les attentats terroristes. En Asie, c'est la « bombe » de la dette chinoise capable de ralentir l'économie de ce pays qui pourrait devenir un obstacle à la croissance mondiale.

Le rapport du FEM ajoute que les risques écologiques et géopolitiques représentent la principale menace à l'humanité en 2017. Le changement climatique constitue la principale et la plus probable menace pour ces dix prochaines années.

Les risques géopolitiques viennent juste derrière de par leur importance. Selon le rapport, ce sont des attentats terroristes et des conflits entre les États provoqués par une « gestion mondiale et régionale inefficace ». L'incapacité des institutions internationales et régionales à se mettre d'accord pour résoudre en commun les problèmes économiques, géopolitiques et écologiques est pour la première fois signalée comme un risque en 2017.

Un autre volet est constitué par les risques socio-économiques. La migration massive et la recrudescence critique des inégalités et de la polarisation pour des raisons ethniques, religieuses et culturelles menacent d'aggraver notablement la situation en 2017. Selon un rapport du Crédit Suisse, plus de la moitié des richesses mondiales (50,8%) se trouve entre les mains de 1% des super riches. En 2016, cela a conduit à la montée du populisme.

Les risques d'éclatement de conflits sont aggravés par la course aux armement, accompagnée d'un recours plus fréquent à la robotique et à l'intelligence artificielle. Les auteurs citent parmi les risques technologiques les plus probables des cyberattaques, des fraudes et vols de données, des défauts de logiciels capables de perturber le fonctionnement des systèmes énergétiques, des transports, des communications, etc. Le fait que la robotique et les technologies nouvelles empiètent sur le travail humain conduisant à la croissance du chômage et de la précarité sociale pourrait provoquer des troubles sociaux.

Il y a des risques qu'il est pratiquement impossible d'éviter. Il s'agit notamment des cataclysmes naturels, à l'instar de celui de 2011 qui a causé l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima. Pour les autres, il existe un instrument destiné à les gérer. Selon Vladimir Chapovalov, directeur pour la gestion des risques du groupe financier russe Invest, chaque pays et chaque société importante utilisent cet instrument qui accumule l'information sur des risques éventuels, l'analyse et fournit des recommandations à l'intention de ses dirigeants.

« Dans le monde financier, la gestion des risques est, au premier chef, l'analyse des possibilités de mesurer le risque d'un événement défavorable. Car un événement défavorable engendre non seulement des pertes financières, mais conduit aussi à l'impossibilité d'atteindre le résultat recherché. La gestion des risques n'est pas une panacée, mais elle permet d'être toujours plus ou moins informé sur la situation des marchés », signale l'expert.

Récemment, le Council on Foreign Relations, groupe de réflexion américain dont les recommandations sont prises en compte par la Maison Blanche, a signalé la menace principale pour les intérêts américains en 2017. Selon ses prévisions, il s'agit d'une « confrontation militaire contrôlée ou incontrôlée entre la Russie et les membres de l'Otan ». La menace est considérée comme sérieuse et probable. L'aggravation de la situation en Corée du Nord, des cyberattaques destructrices contre l'infrastructure vitale des États-Unis et des attentats terroristes sur le territoire des États-Unis et de leurs alliés constituent d'autres menaces potentielles. Il est vrai qu'en 2016, aucun scénario qualifié de « très probable » ne s'est réalisé.

https://fr.sputniknews.com/international/201701251029776675-menaces-humanite-rapport-forum-2017/