Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suisse : viol dans un train par un migrant marocain, son avocate plaide l’acquittement

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

C’est un jugement inédit qui a été rendu hier par la Cour criminelle de Lausanne. Saïd*, le jeune migrant marocain de 19 ans qui avait entretenu en juin dernier un rapport sexuel violent de plus de 30 minutes dans les toilettes d’un train régional avec Jeanne*, une étudiante en design de 17 ans abordée dans une gare (lire notre édition d’hier), écope d’une peine de 10 ans de prison ferme. Une sanction rarissime en matière d’agressions sexuelles. Pas loin du double des 6 ans requis par le procureur Donovan Tesaury. «Il y a eu divergence d’appréciations, cela peut arriver», nous a confié le représentant du parquet à la sortie du tribunal – manifestement pris de court. «Cela dénote une tendance à une hausse des peines en matière d’agressions sexuelles.»

Des zones d’ombre subsistent

«C’est un verdict de la démesure dicté par l’émotion et surtout partial; je n’en reviens pas!» s’offusque l’avocate de Saïd, Me Véronique Fontana, qui avait plaidé l’acquittement jeudi lors du procès de son client. «Les cinq juges n’ont retenu que les éléments à charge, en se basant uniquement sur les déclarations de la plaignante. Tout ce qui pouvait les contrer a été balayé, y compris un rapport d’expertise médical!» A savoir, le fait que les deux ecchymoses constatées sur le cou de Jeanne le surlendemain des faits pouvaient avoir été provoquées soit par un geste d’étreinte, soit par des suçons.

«Même en retenant le viol, c’est excessivement sévère compte tenu des zones d’ombre du dossier», estime Me Fontana. Notamment quant au taux d’alcool de la jeune Vaudoise le soir des faits, au retour d’une après-midi de grillades, arrosée, de fin d’année étudiante. «Je n’aurais pas dû te laisser rentrer, t’étais trop mal», lui avait écrit un ami le lendemain.

«Faire bonne figure face au violeur»

«Elle se sentait joyeuse mais pas ivre», a déclaré la présidente du Tribunal criminel Marie-Pierre Bernel lors de la lecture du jugement, faisant état d’une «débauche de violence sexuelle», «des actes particulièrement sordides» à l’encontre d’une fille «traitée comme un objet» après avoir été «entraînée de force dans les WC du train». Les juges ont en outre estimé que, si la vidéosurveillance montre une victime souriante et embrassant son violeur dans le wagon pendant le dernier tiers du trajet, c’était pour «faire bonne figure en présence de l’agresseur». Avant de s’effondrer à peine Saïd avait quitté le wagon.

L’affaire sera rejugée par le Tribunal cantonal vaudois.

* Prénoms d'emprunt (Le Matin)

http://www.lematin.ch/suisse/defense-fustige-verdict-demesure/story/13750279

http://www.nouvelordremondial.cc/2017/02/11/suisse-viol-dans-un-train-par-un-migrant-marocain-son-avocate-plaide-lacquittement/