Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Braconnage : les zoos et parcs animaliers de France en alerte après qu'un rhinocéros blanc d'Afrique a été tué de trois balles dans la tête pour sa corne en début de semaine dans le zoo de Thoiry, dans les Yvelines

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Dans les établissements d'Occitanie, la stupeur a laissé place à l'inquiétude après la mort d'un rhinocéros à Thoiry.

Il s'appelait Vince. Ce rhinocéros blanc d'Afrique a été tué de trois balles dans la tête pour sa corne, en début de semaine dans le zoo de Thoiry, dans les Yvelines. Victime de l'odieuse “machine à fric” des braconniers. Une première en France et même en Europe.
 
"C'est hallucinant et inquiétant car ces gens sont prêts à tout, confie Rodolphe Delord, le président de l'Association française des parcs zoologiques. C'est la première fois que ça arrivait dans un zoo hors Afrique." Assez pour relancer le débat sur la sécurité. Notamment au niveau régional où trônent plusieurs parcs animaliers d'envergure. 

La peur gagne les rangs dans la région

"On a franchi un palier dans l'horreur", constate Gabriel de Jesus, responsable de la communication de la Réserve africaine de Sigean (Aude).  Dans ce parc de plus de 300 ha, la peur semble avoir gagné les rangs. Car au moment d'évoquer les mesures de sécurité, le discours se veut incomplet, évasif. Top secret. "Elles sont renforcées d'une année sur l'autre, ne serait-ce qu'en raison de l'évolution de la technologie, ajoute l'intéressé. On a une société de surveillance privée qui fait des rondes sur le parc et qui est sensibilisée aux problématiques."
 
Du côté du zoo de Lunaret, à Montpellier, c'est carrément le silence radio. Aucune réaction, pas de précision malgré nos demandes répétées. En 2011, un responsable évoquait un "système de surveillance très opérationnel. Et des bâtiments très sécurisés." Il n'empêche, le lifting en cours devrait remettre sur la table l'amélioration des conditions de sécurité. 
 
Reste que cette affaire risque de modifier la donne. "J'ai incité tous les collègues des parcs zoologiques à renforcer la sécurité, notamment dans les zones où il y a des rhinocéros, précise Rodolphe Delord, qui est également directeur du zoo de Beauval,  dans le Loir-et-Cher. Il y en a dans une vingtaine de parcs en France."

"On n'est jamais à l'abri"

Ailleurs, même là où il n'y a pas de cornes à braconner, on s'interroge. "On n'est jamais à l'abri, regrette Juliette Cases, propriétaire du parc animalier de Casteil (Pyrénées-Orientales). Nous possédons des lions blancs, une espèce rare. Mais je vois mal comment des voleurs pourraient opérer... " Cette dernière révèle que le système de sécurité est plutôt basique, composé de chiens des Pyrénées et d'une alarme. 
 
Au sein des associations, un mot revient sans cesse : "Insupportable !, clame Annie Benezech, la porte-parole de la SPA de Montpellier. Il n'y a pas de limite à l'appât du gain."
 
"Les moyens sont insuffisants, analyse Jacky Bonnemains, président de l'ONG Robin des bois, en pointe dans le suivi du commerce illégal d'espèces. Le braconnage, c'est une guerre. Il faut se doter de moyens de dissuasion car ils sont armés jusqu'aux dents."