Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dossier partie 1:Des documents officiels du FBI confirment que des extraterrestres vivent sur terre ?

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

 

 Suite aux récentes divulgations de Wikileaks concernant les mails d’Edgar Mitchell (pilote de la mission Apollo 14, sixième homme à avoir marché sur la Lune en 1971, docteur en sciences de l’aéronautique et de l’astronautique au MIT, décoré de la médaille présidentielle de la liberté) à l’intention de John Podesta (actuel directeur de campagne d’Hillary Clinton), nous avons fait des recherches sur les documents révélés grâce à des requêtes FOIA (Freedom of Information Act) et il se trouve que nous sommes tombés sur un document du FBI, quelque peu intrigant…


Rappelons que le MUFON a déjà fait beaucoup de tri dans de nombreux dossiers divulgués grâce au FOIA.

Le MUFON (le Réseau Mondial d’Étude des OVNI), dont la mission est d’étudier les témoignages d’apparitions d’objets volants non identifiés, ouvre les portes du Hangar n°1 où sont stockées ses archives, soit plus de 70 000 dossiers brûlants. Journalistes, historiens et enquêteurs spécialistes en ufologie reviennent sur certaines des affaires d’OVNI les plus controversées et tentent d’y apporter un nouvel éclairage grâce aux archives du MUFON. Même les plus sceptiques pourraient bien se laisser convaincre !

Le 19 janvier 2015, 129 491 pages de documents secrets de l’U.S Air Force couvrant la période 1947 à 1969, et relatifs aux Objets volants non identifiés – les OVNI –, ont été déclassifiés. Ils sont désormais accessibles en ligne sur le site d’un célèbre « chasseur d’extraterrestres », John Greenwald, qui a obtenu leur déclassification par voie juridique.

Les Ufologues, ainsi qu’on nomme ceux qui s’intéressent au phénomène Ovni (de UFO ou unidintified flying object), seront particulièrement intéressés par les documents sur le projet Blue Book, mené par une commission de l’U.S.A.F qui, de 1952 à 1969, était chargée d’étudier ce phénomène. On y découvre que 12 618 cas d’OVNI ont été répertoriés, dont 3 201 ont fait l’objet d’une analyse plus poussée : parmi ceux-ci, 706 sont restés inexpliqués. Les autres ont pu être clarifiés et attribués à plusieurs types de causes : phénomènes atmosphériques, essais aéronautiques secrets, hallucinations, etc.

Le MUFON a présenté un certains nombre dans une série de documentaires (Hangar N°1), notamment diffusés sur la chaîne de télévision Française : Numéro 23.

Un rapport très intrigant a été découvert par Tercer Milenio, révélant des documents du gouvernement confirmant l’existence des extraterrestres sur notre planète. 

Voici le Doc. 6751 :

doc-geant

Cette lettre du FBI, datant de 1947, relate que ces êtres qualifiés d’interdimensionels seraient présents sur notre planète. Elle était destinée à Edgar Hoover aurait été publié récemment et porte le numéro 6751. Elle stipule que ces personnages ne vivent pas sur une planète à proprement parler, mais dans une sorte de monde qui serait relié au nôtre. De plus, il est écrit que si ces soucoupes volantes venaient à attaquer la terre, nos avions les plus performants ne seraient pas capables de les arrêter. Ce document est une véritable lettre d’informations sur ces engins et sur les pilotes. Il est aussi écrit que, pour le moment, leurs visites ont un but pacifique et qu’ils ressemblent à des êtres humains, mais en plus grand. Ils se matérialiseraient en entrant dans l’atmosphère. Ce document serait une sorte de mise en garde, car si pour le moment, ils ne sont pas une menace, ils pourraient un jour le devenir. Par ailleurs, ce dernier date de 1947 et depuis, notre technologie a considérablement évolué. Peut être même avec des études sur la récupération de certains engins…

«  Nous avons déjà les moyens de voyager parmi les étoiles, mais ces technologies sont bloquées dans le programmes secrets et cela prendrait un actes de Dieu pour les sortir et en faire profiter l’Humanité  » Ben Rich (1995) Ancien directeur de la Lockheed

Souvenez-vous, en mai 1989, Bob Lazar révélait au monde entier que le gouvernement américain procède en secret à de la rétro-ingénierie sur des OVNIS cachés dans un lieu secret nommé S4, situé à 20 km au sud de la zone 51, près de Groom Lake dans le Névada.

Il déclara aussi que le fonctionnement de ces engins, basé sur l’antigravité, dépend d’un mystérieux élément inconnu, nommé élément 115.

Ridiculisé et attaqué de toute part, personne ne l’avait cru à l’époque. Pourtant, en 2004 (15 ans après), une équipe de scientifiques découvre l’existence de l’ununpentium, l’élément 115 du tableau périodique. Incroyable : Bob Lazar avait donc raison ! (Au moins sur ce point)

Ce qui pourrait corroborer les dires de Gary McKinnon, connu pour avoir réalisé l’un des plus grands piratages informatiques de tous les temps, accusé d’avoir fouillé dans 97 serveurs du Gouvernement Américain (dans les réseaux informatiques de la NASA et de l’armée américaine) entre 2001 et 2002.

Pouvez-vous imaginer que les premiers drones datent en réalité du 19e siècle? C’est à cette époque en tout cas que Nikola Tesla évoque dans un brevet, récemment découvert par l’ingénieur Matthew Schroyer, des appareils qui sans câbles ni fils sont capables de se déplacer au moyen des « ondes, impulsions ou radiations reçues depuis la terre, l’eau et l’atmosphère » et d’atteindre tout objet se trouvant dans leur région active. Le brevet contient également des réflexions concernant les sphères d’emploi des appareils. Outre les fonctions logistiques et la liaison avec des terrains d’accès difficile, Tesla mentionne leur possible emploi militaire: « La capacité destructive certaine et illimitée de mon invention permettra d’assurer et de maintenir éternellement la paix entre les peuples ». Bref !


Voici la traduction du document.6751 [Page 22] du 8 Juillet 1947.

Source officiel : https://vault.fbi.gov/UFO/UFO%20Part%201%20of%2016/view

Une très sérieuse situation peut surgir n’importe quand en rapport avec les soucoupes volantes. Si l’une d’elles venait à être attaquée, les avions attaquants seraient très probablement détruits. Dans l’esprit du public cela pourrait provoquer la panique et des suspicions sujettes à l’interprétation. Les données principales concernant ces vaisseaux est maintenant entre nos mains et doivent être offertes, peu importe combien cela peuparaître inintelligible et fantastique aux esprits qui n’ont pas été habitués à penser de cette manière.

1. Certains moreaux du disque transportent l’équipage, le reste est guidé à distance.
2. Leur mission est pacifique. Les visiteurs contemplent la constitution de ce plan.
3. Ces extraterrestres ressemblent aux humains mais sont beaucoup plus grands en taille.

4. Ils ne sont PAS des humains excarnés (en anglais excarnate), mais viennent de leur propre monde.
5. Ils ne viennent pas d’une autre « planète » tel que nous utilisons ce mot, mais d’une planète éthérique qui est interconnectée avec notre propre plan des choses, et qui nous est imperceptible.
6. Le corps des visiteurs, et les vaisseaux aussi, se « matérialisent » automatiquement quand ils rentrent dans le niveau vibratoire de notre matière dense.
7. Les disques possèdent un type d’énergie radiant, ou un rayon, qui peut facilement désintégrer n’importe quel vaisseau attaquant. Ils peuvent revenir dans l’éthérique à volonté, et peuvent si simplement disparaître de notre champ de vision, sans laisser aucune trace.
8. La région d’où ils viennent n’est PAS le « plan astral » mais correspond au Lokas ou Talas. Les étudiants des sujets ésotériques comprendront ces termes.
9. Ils ne peuvent probablement pas être contactés par radio, mais probablement en utilisant les radars, si un système de signaux pouvait être développé pour cet appareil.

Nous donnons l’information et une mise en garde et nous ne pouvons faire plus. Traitez les nouveaux venus le plus gentiment possible. (…) Une lourde responsabilité pèse chez les quelques autorités qui sont capables de comprendre cette situation.


Lire aussi : Plus de 2000 OVNIS suivis par le système radar du NORAD

Citizen Hearing On Disclosure

Aux Etats-Unis, le lobby de la divulgation, qui fait pression sur le gouvernement américain pour qu’il lève le secret sur le dossier ovni, a frappé fort. Entre le 29 avril et le 3 mai,Stephen Bassett, l’un des principaux activistes de ce mouvement, à la tête du Paradigm Research Group, a organisé le « Citizen Hearing on Disclosure », (L’Audience citoyenne de la divulgation).

Pendant cinq jours, des témoins se sont succédé à la tribune du National Press Club pour relater leur rencontre plus moins rapprochée avec des engins et des créatures hautement insolites.

L’intérêt de ce colloque tient en grande partie à la qualité de certains intervenants : hauts gradés, politiques, scientifiques, anciens membres des services de renseignements US, astronautes…

Beaucoup sont des compagnons de route de longue de date de Stephen Bassett. Parmi eux,Edgar Mitchell, le sixième homme sur la Lune, convaincu que notre planète est visitée; l’inévitable Nick Pope, ancien M. OVNIs du gouvernement britannique ; le capitaine Robert Salas, qui aurait assisté à la désactivation de missiles nucléaires par un ovni sur la base de Malmstrom en 1967 et l’ancien ministre de la Défense canadien Paul Hellyer déjà auteur de déclarations fracassantes et qui, cette fois encore, a poussé le bouchon assez loin. Nous y revenons plus bas…

Mais la conférence valait aussi par son auditoire. Stephen Bassett a tenté de reproduire le décorum et la solennité d’une audience au Congrès. Pour ce faire, il a convaincu six anciens élus de tous bords de former un panel censé écouter les témoignages des orateurs et leur poser des questions, de préférence avec les sourcils froncés, signe d’un profond intérêt. Et la manśuvre a fonctionné puisque ces « Audiences », dont l’ambitieux slogan était « Si le Congrès ne fait pas son travail, le peuple le fera », ont obtenu une bonne couverture médiatique, aux Etats-Unis du moins.

Même le prestigieux ‘New York Times’ y a consacré un article qui ne suinte pas trop l’ironie condescendante que la presse sérieuse réserve d’ordinaire à ces sujets. Le quotidien cite l’ex-sénateur démocrate de l’Alaska, Mike Gravel (aujourd’hui libertarien) qui lâche : « La Terre est placée sous surveillance, et même sous surveillance rapprochée car nous aimons trop la guerre ». Quant à Carolyn Kilpatrick, ancienne représentante démocrate du Michigan, battue en 2010, elle déplore : « Dans notre pays, on tourne ce sujet en dérision. Mais je suis convaincue qu’il mérite beaucoup plus d’attention. Ce n’est pas une blague : il y a des données scientifiques qui indiquent qu’il se passe quelque chose. »

Voici les interventions les plus marquantes de ce comité :

Gary Heseltine, un officier de police anglais, a créé en 2001 une base de données des observations d’ovni au Royaume-Uni par des policiers. En 12 ans, il a recensé 430 cas impliquant 900 membres des forces de l’ordre. 73% de ces observations ont été rapportées par plusieurs policiers : en avril 1984, dans le Middlesex, une vingtaine d’officiers de police a vu pendant deux heures un objet en forme de dôme projetant des «boules lumineuses» vers le sol. Cette observation a été retranscrite dans un rapport communiqué au ministère de la Défense.

– Le colonel Oscar Santa Maria Huerta, qui a servi pendant 25 ans dans l’armée de l’air péruvienne, a raconté son combat aérien avec un objet en forme de sphère évoluant à proximité de la base militaire de La Joya, à Arequipa, le 2 mai 1980. Oscar Huerta a décollé à bord de son Sukhoi 22 pour intercepter l’objet d’environ 10 mètres de diamètre, formé d’une sorte de bulbe blanc crémeux reposant sur un socle d’apparence métallique. D’abord convaincu qu’il s’agissait d’un ballon espion, le pilote a été rapidement détrompé par les capacités de vol ahurissantes de l’objet au cours d’un « jeu du chat et de la souris » qui a duré exactement 22 minutes. Oscar Huerta n’est parvenu qu’une seule fois à se mettre en position de tir : « Mais l’objet a semblé absorber les projectiles qui n’ont occasionné aucun dommage visible » a-t-il expliqué. Cette incroyable poursuite a été observée à distance par les quelque 1800 personnes présentes sur la base ce jour-là.

– Le témoignage écrit du major de l’US Air Force George Filer est assez similaire au précédent. A ceci près, que sa rencontre avec un ovni l’a conduit à partager la table du prince Philip, l’époux de la reine d’Angleterre. Affecté à la base de Sculthorpe, au Royaume-Uni, il a été missionné en janvier 62 avec son équipage pour aller à la rencontre d’un objet repéré par les contrôles radars londoniens entre Stonehenge et Oxford. L’objet est apparu sur l’écran de son radar embarqué à bord du bombardier KB-50 J : « L’écho radar était comparable à celui renvoyé par un porte-avion ou même par le pont de Brooklyn. Mais il était parfaitement clair avec des contours définis, indice qu’il était composé de métal. A environ 10 km du point d’interception, l’objet, dont nous pouvions voir les lumières alignées comme les feux de position d’un navire, a semblé s’animer. Il est devenu incroyablement brillant. Puis, soudain, il est parti verticalement à une vitesse fantastique. » Quelques semaines plus tard, George Filer et son équipage ont eu la surprise de recevoir une invitation du duc d’Edimbourg qui s’est montré « chaleureux, amical et très intéressé » par leur aventure. Le prince Philip leur a confié qu’il avait déjà débriefé en plusieurs occasions des pilotes après leur rencontre avec un objet volant non identifié, rappelant que son oncle, le duc Mountbatten, avait lui-même observé de très près un ovni.

Les six représentants du Congrès ont aussi eu droit à leur lot d’anciens agents des services de renseignements, les traditionnels « whistleblowers » (chuchoteurs de secrets) faisant état de bases secrètes où seraient détenus des aliens et de technologies extra-terrestres étudiées par le Pentagone… L’ufologue Richard Dolan a ainsi présenté une vidéo de 15 minutes dans laquelle un homme de 77 ans,qui se présente comme un vétéran de la CIA assez mal en point relate une histoire digne d’un scénario de X Files, où l’on retrouve Roswell, la Zone 51, le président Eisenhower, des «petits gris», Edgar J. Hoover etc.

Parmi ces intervenants, l’un d’entre eux peut se targuer d’une carrière politique qui lui assure a priori un certain crédit : le sus-nommé Paul Hellyer, ministre de la défense du Canada entre 1963 et 1967. Hellyer a fait irruption dans le monde ufologique avec un discours mémorable prononcé en 2005 à l’université de Toronto. Il y déclarait :« Les OVNIs sont aussi réels que les avions », « Le secret qui couvre toutes les questions se rapportant à l’incident de Roswell est sans précédent » « L’administration Bush a autorisé les militaires à construire une base avancée sur la lune », « Les Etats-Unis mettent au point des armes qui pourraient être utilisées contre les extraterrestres »… Selon Paul Hellyer, les Etats-Unis travaillent en étroite collaboration avec deux races d’extraterrestres, dont les fameux grands blancs White Talls (Grands Blancs). Mais qui sont loin d’être les seuls « touristes » cosmiques. « Je pensais que nous étions visités en permanence par cinq races différentes, mais, il y a quelques jours, je suis tombé sur un document qui en dénombre au moins vingt » dit-il. Grâce à ces fructueux transferts de technologies, les Etats-Unis détiennent le secret d’une énergie libre inépuisable, gratuite et non polluante. Mais, bien entendu, pour de sombres intérêts économiques, le gouvernement américain refuse d’offrir à l’humanité cette énergie miraculeuse qui pourrait sauver la planète. Après tout, pourquoi pas…

Il présente dans son livre « the money mafia, un monde en crise »

« Nos problèmes ne sont pas naturels, ils ont été provoqués par une très petite élite de gens riches impitoyablement avides de pouvoirs, qui ont maintenu la population dans l’ignorance la plus totale » dit-il , puis mentionne les différents cartels « non élus » qui opèrent dans l’ombre, avec au sommet le cartel bancaire et financier suivi du cartel pétrolier et de la corporatiste.

« Leur plan est de créer un nouvel empire, ils appellent cela le Nouvel ordre mondial (NWO) »

Il aborde divers sujets, dans une démarche d’informer le monde sur la « vérité » et de « divulgation totale », du crash de Roswell (et la présence d’autres « espèces ») à la prise de contrôle par l’élite, l’impasse de la dette ou encore l’arnaque du 11 septembre, le TTIP, le schéma de ponzi créé par les banques et la mise en esclavage des peuples .

 

« la réalité d’objets volants non identifiés n’est pas une question de croyance, d’opinion ni de choix ; c’est un fait. Ces objets peuvent être observés par de multiples témoins, photographiés, détectés par des radars, et laisser des marques au sol » Leslie Kean.

Le « gouvernement de l’ombre » possède une gigantesque puissance géopolitique grâce à la centralisation des systèmes énergétiques et financiers. Tout système surunitaire pourrait décentraliser leur pouvoir et c’est la principale raison pour laquelle ils veulent maintenir ces technologies secrètes. Ils sont prêts à laisser la situation environnementale se dégrader afin de maintenir leur contrôle aussi longtemps que possible. Steven M. Greer 

PASSEZ A LA SUITE DE CET ARTICLE ICI http://2012nouvelmorguemondial.over-blog.com/2017/03/dossier-partie-2-des-documents-officiels-du-fbi-confirment-que-des-extraterrestres-vivent-sur-terre.html