Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dossier partie 3:Des documents officiels du FBI confirment que des extraterrestres vivent sur terre ?

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

DECLARATIONS DES PILOTES ET ASTRONAUTES

Edgar D. Mitchell – Astronaute Apollo 14
« Nous savons tous que les OVNI sont réels. La question est : d’où viennent-ils ?  »

– Lors d’une conférence publique, il déclara : « Quand j’ai été sur la Lune, il y a 26 ans, cela faisait partie de la sagesse populaire, religieuse et philosophique de croire que nous étions le centre biologique de l’univers. Peu, si tant est qu’il en reste, de gens instruits et cultivés acceptent encore cette théorie. Je suis convaincu qu’il existe d’autres formes de vie dans l’univers. La question est de savoir quel est leur degré de développement, combien de milliers d’années de plus que nous. D’après ce que je sais aujourd’hui, d’après ce que j’ai vu et expérimenté, je pense que les preuves sont formelles et beaucoup d’entre elles sont classées top-secret par le gouvernement. »

– Le 4 décembre 1991, lors d’une conférence organisée par l’Institut des Sciences Noetic, à New-York :
J’ai changé de position ces deux ou trois dernières années, ces deux dernières années pour être précis pour suggérer
– que nous disposons maintenant de suffisamment de preuves
– que nous avons réellement besoin d’avoir un débat sérieux et ouvert
– et une déclassification des informations, que le gouvernement et d’autres gouvernements détiennent
– et que cela fasse parti de nos connaissances officielles…
Maintenant, que cela soit vrai ou non, cela mérite une sérieuse investigation. Il y a là beaucoup trop de fumée pour qu’il n’y ait pas de feu… Si c’est réel, occupons-nous en au grand jour ; brisons les verrous que cette bureaucratie a posé sur tout cela. Il y a assez de preuves qui montrent clairement que ces informations sont dissimulées. Où pourrons-nous aller avec tout cela, je ne le sait pas.

– En 2008 dans un article du Daily Mail Online, le 24 juillet 2008 Edgar Mitchell AFFIRME QU’IL Y A EU DES CONTACTS AVEC DES ALIENS, MAIS QUE C’EST SECRET DEPUIS 60 ANS! Il a affirmé que Roswell est réel, et que des enquêtes se poursuivent sur des visites alien similaires. Mitchell dit qu’il a été mis au courant de nombreuses visites sur Terre, durant sa carrière à la NASA, mais que chacune d’elles a été maintenue secrète. Il raconte aussi que des sources de l’agence spatiale qui avaient eu des contacts avec des aliens ont décrit ces êtres comme étant « petits et d’apparence étrange pour nous ». Il a dit que les ET supposés, du monde réel, étaient similaires à l’image traditionnelle d’un petit corps avec une grosse tête et de grands yeux. D’une manière peu rassurante, il a affirmé que notre technologie est « loin d’être aussi sophistiquée que la leur », et il a souligné que « s’ils avaient été hostiles, nous aurions déjà disparu aujourd’hui ».

Scott Carpenter – Programme Mercury
« A aucun moment, alors qu’ils étaient dans l’espace, les astronautes n’étaient seuls : ils étaient surveillés en permanence par les OVNI. »

Eugene Cernan – Astronaute Apollo 17 et Apollo 10
Dans le « Los Angeles Times » en janvier 1973 : « Je suis l’un de ceux qui n’ont jamais vu un OVNI. On m’a interrogé et j’ai dit publiquement que je pensais qu’ils venaient d’ailleurs, d’une autre civilisation. »

James A. Lovell – Gemini 12
« Quatre objets alignés. Je savais que ce n’était pas des étoiles. »

Colonel John Glenn – Astronaute, Sénateur US
« Certains rapports sur les OVNI sont fondés. » Puis quelques années plus tard : « En ces jours glorieux, j’étais très mal à l’aise lorsque l’on nous demandait de dire des choses que nous ne voulions pas et d’en démentir d’autres. Certaines personnes nous demandaient, vous savez, étiez-vous seuls là haut ? Nous n’avons jamais répondu la vérité, et cependant nous avons vu des choses là bas, des choses étranges, mais nous savons ce que nous avons vu là haut. Et nous ne pouvions réellement rien dire. Nos supérieurs avaient vraiment très peur de cela, ils avaient peur d’un truc du genre de la guerre des mondes, et de la panique générale dans les rues. Donc, nous devions rester silencieux. Et maintenant nous voyons ces choses seulement dans nos cauchemars ou peut-être dans des films, et certaines sont très proches de la vérité. »

Major Gordon Cooper – Pilote, Astronaute
A formellement démenti avoir vu un OVNI lors de son vol spatial, il a cependant vu des OVNI dans les années 50 alors qu’il était encore pilote de chasse en Allemagne :
» Pendant plusieurs jours d’affilés nous avons observé des engins métalliques en forme de soucoupes, à de très hautes altitudes au-dessus de la base, et nous avons essayé de nous approcher d’eux, mais ils étaient capables de changer de directions beaucoup plus rapidement que nos chasseurs. Je crois vraiment que les OVNI existent et que les véritables cas inexpliqués proviennent d’une autre civilisation technologiquement avancée. Au vue de mon expérience aéronautique et spatiale, je pense avoir une idée assez précise de ce que tout le monde sur cette planète, a sur les capacités de leurs performances, et je suis sûr qu’au moins quelques uns de ces OVNI ne viennent pas de la Terre.  »

En 1985 il fit une déclaration solennelle aux Nations Unies :
« Je crois que ces vaisseaux extraterrestres et leurs équipages qui visitent la Terre à partir d’autres planètes sont d’une manière évidente un peu plus avancés technologiquement que nous. Je pense que nous avons besoin d’un programme coordonné de très haut niveau pour collecter et analyser scientifiquement les données de l’ensemble de la planète sur les différents types de rencontre afin de déterminer comment interagir au mieux avec nos visiteurs d’une manière amicale. Nous devrions tout d’abord leur montrer que nous avons appris à résoudre nos problèmes de manière pacifique plutôt que par la guerre, avant d’être acceptés en tant que membre à part entière de l’équipe universelle. Cette admission offrirait à notre monde de fantastiques possibilités de progrès dans tous les domaines. Il semblerait alors certain que les Nations Unies possèdent un droit acquis à traiter ce sujet de façon appropriée et rapide. Pendant des années, j’ai vécu avec un secret, le secret imposé à tous les spécialistes et les astronautes. Je peux maintenant révéler que chaque jour, aux États-Unis, nos radars repèrent des objets de forme et de nature inconnues. Et il y a des milliers de rapports de témoins et quantités de documents qui le prouvent, mais personne ne veut les rendre publics. Pourquoi ? Parce que les autorités ont peur que les gens imaginent une espèce d’horribles envahisseurs. Donc le maître mot demeure : Nous devons éviter la panique à tout prix. »

Donald « Deke » Slayton – Astronaute mission Mercury
A rapporté dans son livre la rencontre qu’il a faite avec un OVNI lors d’un vol d’essai en 1951 :
« J’effectuais un vol d’essais sur un chasseur P-51 à Minneapolis quand j’ai repéré cet objet. Il était environ à 10 000 pieds en ce bel après-midi ensoleillé. ,J’ai pensé que c’était un cerf-volant, puis j’ai réalisé qu’aucun cerf-volant ne pourrait voler aussi haut. Comme je me rapprochait, cela ressemblait à un ballon sonde, gris et d’un diamètre d’environ 1 mètre. Mais aussitôt que je me plaçais derrière cette sacré chose, cela ne ressemblait plus à un ballon. Cela ressemblait à une soucoupe, un disque. Au même instant, je pris conscience qu’il s’éloignait de moi tout d’un coup – et j’étais là, volant à plus de 500 km/h. Je l’ai poursuivi pendant quelques instants et puis subitement cette fichue chose a simplement ‘décollé’. Elle a grimpé avec un angle de 45° en virant et en accélérant et a tout bonnement disparu. Deux jours plus tard, je prenais une bière avec mon commandant, et je me suis dit, ‘ bon sang, je devrais lui en parler’. Je l’ai fait et il m’a dit d’aller aux renseignements et de leur faire un rapport. Je l’ai fait, et je n’en ai plus jamais entendu parlé. »

James McDivitt – Astronaute
« Mon observation d’OVNI a eu lieu il y a longtemps, en 1965 lors de la mission spatiale Gemini IV. Je regardais par le hublot lorsque j’ai aperçu un objet cylindrique auquel était attaché un tuyau ou une antenne. Une photo est sortie après qui ne correspondait malheureusement pas du tout à l’objet que j’avais vu. Cela ressemblait plutôt à des tâches de lumière. »

Georgiy M. Grechko – Cosmonaute, Soyuz et Salyut
« Si j’étais libre de dire ce que j’ai vu dans l’espace, le monde en serait stupéfait. »

Valerij Bikowskij – Cosmonaute russe
Lors d’une mission le 14/06/63 : « Ici Nibio. Quelque chose m’accompagne dans l’espace, cela vole à côté de ma capsule et cela vient à moi ».

Vladimir Kovalyonok et Aleksander Ivanchenkov – Cosmonautes, Soyouz 29 (Juin 1978)
« L’objet se déplace à 20-30 degrés, il passe sous notre appareil. On dirait une balle, elle grossit de plus en plus. C’est orange foncé, elle évolue trop près de nous. »

En 1993, dans son village de Kosnikov, près de Moscou, le Général-Major d’aviation Vladimir Kovalyonok a déclaré, dans une interview vidéo avec Giorgio Bongiovanni :
« On May 5, 1981, we were in orbit in the Salyut-6 space station. I saw an object that didn’t resemble any cosmic objects I’m familiar with. It was a round object which resembled a melon, round and a little bit elongated. In front of this object was something that resembled a gyrating depressed cone. I can draw it, it’s difficult to describe. The object resembles a barbell. I saw it becoming transparent and like with a `body’ inside. At the other end 1 saw something like gas discharging, like a reactive object. Then something happened that is very difficult for me to describe from the point of view of physics. Last year in the magazine Nature I read about a physicist… we tried together to explain this phenomenon and we decided it was a `plasma-form’. I have to recognize that it did not have an artificial origin. It was not artificial because an artificial object couldn’t attain this form. I don’t know of anything that can make this movement… tightening, then expanding, pulsating. Then as I was observing, something happened, two explosions. One explosion, and then 0.5 seconds later, the second part exploded. I called my colleague Viktor Savinykh, but he didn’t arrive in time to see anything.

« What are the particulars ? First conclusion : the object moved in a sub orbital path, otherwise I wouldn’t have been able to see it. There were two clouds, like smoke, that formed a barbell. It came near me and I watched it. Then we entered in to the shade for two or three minutes after this happened. When we came out of the shade we didn’t see anything. But during a certain time, we and the craft were moving together. »

Gabriel Voisin – Constructeur aéronautique, pionnier de l’aviation
« Ces explorateurs extra-terrestres sont séparés de nous par une barrière plus infranchissable que l’Himalaya : notre retard technique et notre plus haute ignorance. »

Louis Bréguet – Constructeur aéronautique
« Les disques volants utilisent un moyen de propulsion différent des nôtres. Il n’y a aucune autre explication possible : les soucoupes volantes viennent d’un autre monde. »

Pierre Clostermann – As de la seconde guerre mondiale
« Les soucoupes volantes ont une origine extra-terrestre. Ni les russes ni les américains ne sont capables de construire des machines de cette sorte. Les caractéristiques de ces engins sont nettement supérieures aux possibilités actuelles de la science. »

Source : secretebase.free.fr

The Disclosure Project

Je vous invite vraiment à étudier les ouvrages de Steven Greer  :

Pour la toute première fois aux Etats-Unis plus d’une soixantaine de militaires, fonctionnaires, agents de renseignements et employés de l’industrie ont accepté de témoigner sur des opérations ultra secrètes et de révéler la vérité sur les plus vastes programmes clandestins de notre histoire. / Ces témoignages explosifs, issus de l’intérieur même de l’Etat américain, constituent la preuve absolue que les OVNIS sont une réalité, que certains sont d’origine extraterrestre et qu’il est fait usage, dans le cadre de programmes ultra-secrets, de technologies induisant des énergies et des modes de propulsion qui signifieraient pour l’homme la naissance d’une nouvelle civilisation – une civilisation sans pauvreté ni pollution – une civilisation capable de voyager parmi les étoiles. / Il ne s’agit ici pas simplement de récits d’OVNIS, d’extraterrestres et d’opérations secrètes, mais du fait que 50 années d’évolution humaine ont été différées, et du fait que ces projets secrets pourraient bien contenir une véritable solution, et à la crise énergétique et environnementale que connaît notre planète, et à la pauvreté dans le monde. Un livre événement après lequel il ne sera plus possible d’affirmer que nous sommes seuls dans l’univers. Issu d’une enquête qui s’étale sur près de 10 années, ce livre révèle :

– Les témoignages de pilotes militaires et civils ainsi que de contrôleurs aériens qui ont suivi au radar la trajectoire de ces vaisseaux spatiaux, dont la vitesse atteignait des milliers de kilomètres à l’heure.

– Le témoignage de personnes impliquées dans ces opérations qui ont manipulé des vaisseaux spatiaux, des corps et des débris d’origine extraterrestre – des personnes qui témoignent également du fait que des engins extraterrestres ont bien été abattus.

– La vérité en ce qui concerne de nouvelles énergies et de nouveaux systèmes de propulsion

– des technologies qui sont déjà au point et qui fonctionnent, mais qui sont dissimulées au sein d’opérations « opaques »

– Des technologies qui, une fois divulguées, pourraient générer une nouvelle civilisation sur la Terre.

– Des témoignages issus du « Strategic Air Command » et de personnes responsables d’armes nucléaires, concernant la profonde inquiétude que les extraterrestres ont montrée à propos de ces armes nucléaires et du fait que nous implantions des armes dans l’espace.

– Des témoignages qui révèlent l’agenda secret qui se cache derrière la « Guerre des Etoiles » (le système de missiles stratégiques de défense)

– qui a pour but final de faire croire à une menace extraterrestre, alors qu’il n’en existe aucune, afin de dépenser des milliards de dollars à accumuler des armes dans l’espace et ce, à la charge du contribuable américain.

– Des dizaines de documents officiels ultra-secrets qui prouvent que les OVNIS existent et que les gouvernements de la planète cachent la vérité depuis plus de 50 ans. Autant de récits qui révèlent définitivement les secrets les mieux gardés de notre histoire – des récits concernant notre passé secret et la possibilité d’un avenir nouveau et extraordinaire. A nous de réclamer maintenant que ces technologies qui pourraient sauver la Terre soient sorties du contexte opaque de ces opérations classées, en vue d’applications pacifiques dont toute l’humanité pourra profiter. Car ce n’est rien moins que l’avenir de la planète Terre qui est en jeu…

Pour la plupart des gens, la question de savoir si nous sommes seuls ou pas dans l’univers relève tout simplement du songe philosophique, quelque chose qui susciterait l’interrogation d’universitaires, mais sans véritable importance. Même la preuve que des formes de avancées non-humaines nous rendent actuellement visite prend pour beaucoup l’allure d’une incongruité dans un monde de réchauffement planétaire, de terrible pauvreté et de menaces de guerre. Face aux réels défis qu’implique le futur à long terme de l’humanité, les questions d’OVNIs, d’extraterrestres et de projets gouvernementaux secrets ne sont qu’un détail, pas vrai ? Faux ! Catastrophiquement faux !

Les preuves et témoignages présentés dans l’ouvrage « Révélation » Tome 1 et 2 de Steven M. Greer, établissent ce qui suit :

· Que des civilisations extraterrestres avancées sont effectivement en train de nous rendre visite et qu’elles le font depuis un certain temps déjà.

· Que cela représente le programme le plus secret et le plus cloisonné des Etats-Unis et de bien d’autres pays.

· Que ces opérations ont échappé, comme nous en avait averti le Président Eisenhower, à toute surveillance et à tout contrôle légal aux Etat-Unis, au Royaume-Uni et en d’autres lieux.

· Que des vaisseaux spatiaux technologiquement avancés et d’origine extraterrestre appelés « véhicules extraterrestre » (VETs) par certains organismes de renseignements, ont été abattus, récupérés et étudiés depuis les années 40 au moins, et probablement déjà depuis les années 30.

· Qu’il a résulté de l’étude de ces objets (comme d’innovations humaines se rapportant à cela et venant d’époques aussi datées que celle de Nikola Tesla), des avancées technologiques d’importance dans la production d’énergie et dans la propulsion, et que ces technologies utilisent une physique nouvelle qui ne nécessite pas de combustion d’énergie fossile ou d’utilisation de radiations ionisantes pour générer des quantités illimitées d’énergie.

· Que des opération classées et ultra-secrètes comprennent des unités de propulsion antigravitationnelle totalement opérationnelles ainsi que des nouveaux systèmes de production d’énergie qui, s’ils étaient rendus publics et adaptés à un usage pacifique, pourraient donner lieu à une nouvelle civilisation humaine exempte de manques, de pauvreté ou de dommages environnementaux.

Ceux qui mettent ces assertions en doute devraient attentivement lire les témoignages émanant de dizaines de témoins appartenant à l’armée et à l’administration, et dont les affirmations établissent clairement tous ces faits. Compte tenu des immenses et profondes implications que supposent ces affirmations, qu’on les admette ou qu’on en doute, tous doivent réclamer la tenue d’auditions devant le Congrès pour faire toute la vérité sur cette affaire. Car ce n’est rien de moins que le futur de l’humanité qui est en jeu.

Information classée secrète

Une information classée secrète est une information sensible dont l’accès est restreint par une loi ou un règlement à un groupe spécifique de personnes.

Une habilitation est requise pour posséder des documents classés ou accéder à des données classées. Il y a généralement plusieurs niveaux de sensibilité, classés par un système hiérarchique du secret utilisé potentiellement par l’ensemble des gouvernements.

L’influence de l’anglais conduit souvent à utiliser, par erreur, le mot « classifier » au sens de « classer secret ». En français, « classifier » signifie seulement « répartir selon une classification », et n’a pas pris le sens de l’équivalent anglais. C’est donc abusivement que l’on emploie « classifié » au sens de « secret », d’autant qu’il existe toutes sortes de classifications (Classification phylogénétique, Classification binomiale, Classification des minérauxetc.).

Il faut ici distinguer :

  • le cadre définissant les niveaux de secret (c’est dans la loi française, la classification évoquée par le Code pénal, définissant la restriction d’accès et de diffusion de la donnée) ;
  • le fait de placer une donnée dans l’un de ces niveaux : c’est en France, le classement au titre du secret Défense.
  • le fait de rendre public un document classé, c’est-à-dire de le déclasser.

L’objectif d’un classement secret est de protéger l’information contre un emploi susceptible de nuire à la sécurité nationale.

Niveaux de secret

Bien que les systèmes diffèrent d’un pays à un autre, la plupart d’entre eux ont des niveaux correspondant à ceux définis ci-dessous (les termes anglais correspondants sont en italique). Les niveaux sont classés du plus fort au plus faible :

DénominationDénomination anglaiseDescription
Très secretTop SecretLe plus haut niveau de secret de l’information. La divulgation publique de cette information pourrait causer un dommage extrêmement grave pour la sécurité nationale.
SecretSecretLa divulgation publique d’une information classée secret pourrait nuire sérieusement à la sécurité nationale.
ConfidentielConfidentialLa divulgation publique d’une information classée confidentielle pourrait nuire ou être préjudiciable à la sécurité nationale.
RestreintRestrictedLa divulgation publique d’une information classée restreinte pourrait causer des effets indésirables. Quelques pays n’utilisent pas cette classe.
Non protégéUnclassifiedCe niveau est utilisé pour les documents gouvernementaux dont le niveau de sensibilité ne correspond pas à une des classes ci-dessus. Leur lecture ne nécessite pas d’ habilitation spécifique.

Ces niveaux de classement génériques n’offrant pas la finesse nécessaire à la protection des informations les plus sensibles, ils sont complétés par un système de « protection spéciale », multi-niveaux, composé de « compartiments ».

Chaque compartiment :

  • protège une catégorie spécifique d’informations,
  • peut être imbriqué dans un autre compartiment,
  • est désigné par un mot codé lui-même secret dont l’existence et le sens sont protégés par un niveau de secret générique, une liste de contrôle d’accès basée sur le besoin d’en connaître et/ou l’accès préalable à un ou plusieurs compartiments « parents »,
  • est désigné éventuellement par un surnom non secret composé de deux mots, destiné à un usage public (documents budgétaires, etc.),
  • possède ses propres règles de contrôle d’accès (définies par l’autorité ayant créé le compartiment) pouvant se superposer aux règles de contrôle d’accès applicables aux niveaux de secret génériques et combinant selon les usages nationaux et le niveau de sécurité requis :
    • le besoin d’en connaître,
    • un accord de non divulgation spécifique (avec briefing lors de l’accès initial au compartiment et débriefing lors de l’accès final),
    • des entretiens réguliers avec passage au détecteur de mensonges (États-Unis),
    • des investigations régulières spécifiques (passé familial, scolaire, universitaire, professionnel, financier, relationnel) avec effet rétroactif sur plusieurs années,
    • des dispositifs de désinformation (travail sous couverture, rattachement factice à des activités non sensibles) destinés à garantir la sécurité des informations et/ou la clandestinité des activités protégées par le compartiment.

Les compartiments étant extrêmement coûteux en termes de logistique, ils sont réservés aux programmes de Recherche & Développement les plus sensibles (Special Access Program) ainsi qu’aux informations issues de sources & méthodes liées aux activités de Renseignement (de source « humaine » ou « technique ») (Sensitive Compartmented Information).

(Source : wikipedia)

https://area51blog.wordpress.com/2017/03/13/dossier-des-documents-officiels-du-fbi-confirment-que-des-extraterrestres-vivent-sur-terre/