Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bas les masques : Jean-Luc Mélenchon l'hologramme assure qu'il ne veut sortir ni de l'Europe ni de l'euro

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

En même temps, on n'y a jamais cru mais il était temps qu'il arrête son barratin. Enfin, il affirme encore qu'il veut négocier avec l'Europe. Un mythe qui fait encore rêver certains français apparemment. Fawkes
 
En meeting ce mardi à Dijon, Jean-Luc Mélenchon était également présent dans six autres villes grâce à des hologrammes. Et a assuré qu'il ne souhaitait pas sortir de l'Union européenne.
 
Si Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon se sont mobilisés lundi 17 avril, Jean-Luc Mélenchon a lui opté pour ce mardi 18 avril pour son dernier grand rendez-vous d'ampleur dans cette campagne présidentielle. Et comme à son habitude, le candidat de la France insoumise a misé sur la technologie pour se démarquer des autres candidats. Jean-Luc Mélenchon tenait ainsi un meeting à Dijon, doublé de six hologrammes aux quatre coins de la France (Montpellier, Nantes, Grenoble, Nancy, Clermont-Ferrand et La Réunion), dans lequel il est notamment revenu sur la façon dont il entendait gouverner le pays si élu. 
 
Une formule gagnante ? Même si sa spectaculaire dynamique semble avoir atteint un palier ces derniers jours, le candidat de La France insoumise est de nouveau devancé par François Fillon selon notre sondage, l'ancien leader du Front de gauche a refusé de renoncer à cinq jours du premier tour de la présidentielle. Et a tenté de se montrer rassurant, notamment sur la question européenne. "Ne croyez pas ce qu'ils vous disent : 'il veut sortir de l'Europe, de l'euro' (...) allons, un peu de sérieux", a ainsi déclaré Jean-Luc Mélenchon. Il évoque des "enjeux immenses de savoir si nous allons nous opposer les uns aux autres en Europe, ou si nous allons faire baisser les tensions qui existent entre les peuples". 
 
Modifier les traités
 
Le candidat de la France Insoumise assure donc qu'il ne veut pas sortir de l'Union européenne et qu'il souhaite maintenir la monnaie unique, alors qu'il se trouve souvent attaqué par ses concurrents sur sa volonté d'appliquer immédiatement ce qu'il appelle son "plan B" de sortie des traités européens. S'il semble avoir abandonné l'idée d'un "Frexit", il se dit toutefois confiant dans une négociation quant à la modification des traités européens. "Je suis sûr d'y arriver parce que jusqu'à présent personne (en France) n'a jamais dit 'non'", a-t-il ainsi argumenté, devant quelque 35.000 personnes selon son équipe. Et a également rappelé qu'en Europe, les autres États membres "ne sont pas nos ennemis, mais ne sont pas aussi nos maîtres, ils sont nos partenaires et dans un partenariat on discute des problèmes pour les régler".
 
Source: RTL


http://www.fawkes-news.com/2017/04/bas-les-masques-jean-luc-melenchon.html