Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Belgique: Les frites menacées par la Commission européenne? …

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Franchement, on se demande où on va alors que dans tous les produits de bouche, il y a des produits chimiques de synthèse pour donner goût, couleur, bel aspect. Les légumes sont bourrés de pesticides, certain comme la tomate, n’ont aucune saveur.

 

 
La Commission européenne s’inquiète de la présence d’une substance cancérigène, l’acrylamide, dans les frites. Et préconise une série de mesures… qui inquiètent les autorités belges; le mode de fabrication de la spécialité belge serait totalement remis en cause, selon le journal flamand Het NieuwsBlad.
Le ministre du Tourisme très inquiet

« L’Europe menace notre culture de la frite », s’indigne le ministre flamand du Tourisme, Ben Weyts. Son coup de gueule n’a rien d’une posture: le ministre s’inquiète très sérieusement du sort qui pourrait être réservé par la Commission européenne au mets qui a fait la réputation de la Belgique.

Il dénonce ainsi les mesures annoncées par la Commission européenne pour lutter contre la présence d’acrylamide dans les aliments.

L’acrylamide, une substance cancérigène

Le ministre (N-VA, le parti nationaliste flamand) a écrit au Commissaire européen chargé de la sécurité alimentaire, pour lui rappeler comment LA frite belge doit être cuite: « pas de précuisson, les frites sont jetées crues dans l’huile, égouttées et cuites ensuite une seconde fois. C’est précisément grâce à cela que nous avons les meilleures frites au monde, et je n’ai pas l’intention d’y renoncer », martèle Ben Weyts.

Le problème est que ce mode de cuisson cause une forte concentration d’acrylamide – une substance classée cancérigène pour les animaux.

« La culture ne doit pas primer sur la santé! »

« Nous ne pouvons pas la tester sur des humains, mais plusieurs études établissent un lien entre cette substance et les cancers de l’utérus, des ovaires et du rein », explique au journal le Dr Janneke Hogervorst, qui mène des recherches sur le sujet à l’université de Hasselt.

« C’est une bonne chose que l’Union européenne se préoccupe de notre santé », renchérit le professeur de sciences de l’alimentation Patrick Mullie, qui estime que « la culture populaire ne peut quand même pas primer sur la santé publique ? Je trouve ça bizarre et populiste. Les cigarettes Belga étaient également une tradition nationale. A-t-on eu tort pour autant de lutter contre leur consommation ? », demande-t-il.

« Il ne nous restera qu’à fermer nos fritkots! »

Pour le ministre, on peut tout au plus envisager de réduire la température de cuisson, “mais je suis contre la simplification à outrance. Sinon, il ne nous restera qu’à fermer nos fritkots [baraque à frites] et à manger des frites surgelées ».

Côté européen, pas de réaction officielle pour l’instant. Tout juste l’eurodéputé écologique Bart Staes a-t-il accusé son compatriote d’être « un agitateur eurosceptique », et de faire monter une polémique qui pose l’Europe en coupable de tout… le genre d’acte qui, selon lui, mène tout droit à des choix comme le Brexit.

carte jeu illuminati 1995,plan nouvel ordre mondial

traduction google:Ne mettez pas cela dans votre bouche. Vous ne savez pas où ça s'est passé. Mais on fait ...

Si les nutritionnistes nazis sont impliqués dans une attaque, tout groupe de science peut être parti, indépendamment des alignements.
Ou cette carte peut être jouée à partir de la main de son propriétaire comme une carte de tracé pour donner l'attribution de la science à n'importe quel groupe. Liez le groupe à cette carte et traitez cette carte comme un complot à toutes fins utiles (cela ne se produit qu'une fois par jeu, Et n'est pas autorisé si les nazis nutritionnels sont déjà en jeu en tant que groupe.)

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)