Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[PERIODE DE CHASSE]Moselle:Il décède après avoir été chargé par un sanglier.La balade a viré au drame. Dimanche matin, aux alentours de 10h, Guy Leyendecker et un ami se baladaient sur leur lot de chasse, situé dans la forêt de Metting. Deux chiens les accompagnaient pour la promenade sans qu’il ne soit question de chasser.

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

La balade a viré au drame. Dimanche matin, aux alentours de 10h, Guy Leyendecker et un ami se baladaient sur leur lot de chasse, situé dans la forêt de Metting. Deux chiens les accompagnaient pour la promenade sans qu’il ne soit question de chasser.

D’après les premières informations recueillies, les chiens seraient entrés dans un bosquet, suivis par l’un des deux promeneurs. Un sanglier est alors sorti du taillis, fonçant sur eux.

La fuite face à l’homme

L’un des promeneurs a réussi à l’esquiver. Mais Guy Leyendecker, âgé de 67 ans et domicilié à Brouderdorff, s’est fait charger et a été blessé à la jambe. Il aurait ensuite été victime d’un malaise cardiaque.

Les sapeurs-pompiers de Phalsbourg, ainsi que le Smur (service mobile d’urgence et de réanimation) de Saverne sont rapidement intervenus sur place. Malgré les efforts des services de secours, le sexagénaire n’a pu être réanimé.

La brigade de gendarmerie de Phalsbourg, présente sur les lieux, a procédé aux premières constatations. Le maire de la commune de Metting, Norbert Hemmerter, était également présent sur les lieux.

Ce type d’accident reste rarissime. « La première réaction du sanglier face à l’homme reste la fuite », explique Thierry Jung, administrateur des chasseurs de grand gibier de la Moselle. « Il peut être agressif s’il est blessé, ou si une laie veut protéger ses petits. » L’animal n’ayant pas été capturé, le mystère sur les raisons de son agressivité reste entier.

 

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)