Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plusieurs dizaines de pieuvres blanches sont sorties de l'eau pour envahir les plages au pays de Galles ces derniers jours. Un phénomène étrange qui interpelle les scientifiques.Mais pourquoi ces pieuvres quittent-elles donc la mer? Dans le comté de Ceredigion, au pays de Galles, les habitants ont en effet constaté l'exode des poulpes durant trois nuits consécutives. Un phénomène auquel ils n'ont jamais assisté auparavant (video media)

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Plusieurs dizaines de pieuvres blanches sont sorties de l'eau pour envahir les plages au pays de Galles ces derniers jours. Un phénomène étrange qui interpelle les scientifiques.
Mais pourquoi ces pieuvres quittent-elles donc la mer? Dans le comté de Ceredigion, au pays de Galles, les habitants ont en effet constaté l'exode des poulpes durant trois nuits consécutives. Un phénomène auquel ils n'ont jamais assisté auparavant, comme ils l'ont raconté au
Telegraph.

Et pour cause, les pieuvres ou poulpes blancs, une espèce assez répandue au large des côtes britanniques, ne quittent généralement pas leur habitat, situé à une centaine de mètres en dessous du niveau de la mer.

"Quelque chose ne va pas"
Deux scientifiques britanniques ont fait part de leur étonnement au quotidien. Steve Simpson, biologiste à l'Université de Bristol, a qualifié le phénomène d'"extrêmement étrange". Son confrère de l'Aquarium national marin de Plymouth, James Wright, ne dit pas autre chose. "Une telle quantité sur la même plage est assez étrange. Le fait qu'ils se trouvent même dans la zone intertidale est hors du commun et suggère que quelque chose ne va pas."

Ophelia en cause?
Mais justement, qu'est-ce qui ne va pas? C'est la question à laquelle les scientifiques tentent de répondre. Mais, selon eux, il pourrait s'agir des suites de l'ouragan -devenu ensuite une tempête- Ophelia qui a frappé la zone il y a plusieurs jours, ou à cause de chute de la pression atmosphérique.

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)