Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

un séisme de magnitude 6,5 fait au moins deux morts le 12/11/2017 au Costa rica et un seisme de magnitude 5,8 au Japon ce 13/11/2017

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Prises de panique, deux personnes sont décédées, victimes d’une crise cardiaque.

Un séisme de magnitude 6,5 a frappé l’ouest du Costa Rica dimanche soir, a annoncé l’institut géologique américain (USGS).
Pris de panique, un homme et une femme sont décédés de crise cardiaque, a indiqué à la presse locale le porte-parole du ministère de la Sécurité, Carlos Hidalgo.


La secousse, enregistrée à 3h28 (heure de Paris) lundi, a été localisée à 16 km au sud-est de la station balnéaire touristique de Jaco, sur la côte pacifique, à une profondeur de 19,8 km, selon l’USGS.

Le séisme a été ressenti jusque dans la capitale, San José, où il a fait vibrer les bâtiments durant quelques minutes, a constaté l’AFP.
Selon la presse locale, tout le pays l’a ressenti et des coupures d’électricité ont été constatées dans certaines zones.

De fortes répliques pourraient suivre


Les médias du Nicaragua, au nord, et du Panama, au sud, ont affirmé que le tremblement de terre avait également été ressenti dans ces deux autres pays d’Amérique centrale.
Le Centre des alertes aux tsunamis du Pacifique n’a pas émis d’avertissement particulier.


Mais les autorités costariciennes ont demandé à la population de rester calme en cas de fortes répliques. « Nous lançons un appel au calme », a indiqué la présidence sur Twitter.
L’USGS avait fait état dans un premier temps d’une magnitude de 6,8 mais a révisé ensuite à la baisse son évaluation.

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)