Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La visite de la ministre danoise chargée de l’immigration et de l’intégration dans un centre d’accueil pour les migrants n’est pas passée inaperçue, non pas auprès des demandeurs d’asile mais pour la ministre elle-même. Bilan: fuite précipitée de la diplomate, une femme tombée, un véhicule abimé… (video)

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

La visite de la ministre danoise chargée de l’immigration et de l’intégration dans un centre d’accueil pour les migrants n’est pas passée inaperçue, non pas auprès des demandeurs d’asile mais pour la ministre elle-même. Bilan: fuite précipitée de la diplomate, une femme tombée, un véhicule abimé…
La ministre danoise chargée de l'immigration et de l'intégration, Inger Stojberg, a été évacuée d'un centre d'accueil pour les migrants qui s'étaient vus refuser l'asile, rapporte The Local.

Mme Stojberg est arrivée dans le centre d'accueil pour participer au tournage d'un programme de la chaîne DR. Dans le cadre de l'émission elle a communiqué avec l'une des familles qui s'étaient vues refuser l'asile. Cependant, après cela, d'autres migrants l'ont encerclée: quelqu'un avait fait courir un bruit selon lequel les interlocuteurs du ministre se verraient accorder l'asile. En conséquence, les gardes du corps d'Inger Stojberg ont décidé de l'évacuer.


Dans la vidéo, on voit la voiture de la ministre quitter le centre, ainsi qu'une jeune femme sauter sur le capot, puis tomber à côté du véhicule.

«Pour autant que je puisse en juger, la femme est tombée devant la voiture et elle aurait été légèrement blessée», a noté le journaliste Martin Thorp, qui était présent sur les lieux.

Pourtant, selon les médias, personne n'a été blessé à la suite de l'incident.

Inger Stojberg a plus tard qualifié la situation dans le centre d'«agressive et cruelle».

 

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)