Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lausanne (Suisse) : un clandestin nigérian jugé pour le viol d’une femme sourde, muette et aveugle.Il conteste avoir violé une femme sourde et aveugle car il dit qu'il n’avait pas remarqué les handicaps de sa victime et il croyait qu'elle était d'accord

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Elle ne voit que d’un œil, à 6%. Elle est aussi sourde et muette, et vit dans un hôpital. Et pourtant, Oscar*, un Nigérian de 27 ans en situation illégale, a voulu faire croire mardi au Tribunal correctionnel de Lausanne qu’il n’avait pas vraiment remarqué les handicaps de celle qui ne peut s’exprimer qu’avec l’aide d’un interprète de langue des signes et se déplace péniblement. A l’entendre, c’est tout naturellement qu’il a abordé cette jeune femme en décembre 2016, sur les hauts de Prilly (VD). «Je lui ai dit bonjour. Elle m’a dit bonjour. Je lui ai souri. Elle m’a souri», raconte Oscar. Tout juste concède-t-il qu’«elle ne parlait pas très bien». De fait, elle n’émet que des sons gutturaux, ont pu se rendre compte les juges lors de l’audience.

«Je croyais qu'elle était d'accord» 

Le prévenu, bien bâti, ne parle qu'en anglais. Il a dans un premier temps nié tout viol. Il a ensuite admis avoir pénétré sa victime. Mais il s'est entêté à contester avoir remarqué quoi que ce soit des lourdes infirmités de la femme. «Elle m'entendait, elle me voyait, elle me parlait. Je n'ai pas remarqué sa démarche hésitante. Dans ma tête, j'espérais la revoir. Je n'ai jamais noté qu'elle ne voulait pas. Je croyais qu'elle était d'accord», a déclaré Oscar. 
Ils s’étaient échangé leurs numéros. La femme lui écrivait dans un français aussi approximatif que celui d’Oscar, aidé par un tiers. «J’ai pensé qu’elle voulait de moi», raconte celui qui avait trouvé un lit auprès d’une femme impliquée dans l’Eglise vaudoise. Un rendez-vous avait été pris. «Je ne veux pas de relation trop vite», avait-elle averti. Mais Oscar est passé à l’action, malgré les refus de sa victime. Il l’a violée après l’avoir forcée à le masturber. Elle en a immédiatement parlé à son infirmière.

Oscar, connu de la justice, a été arrêté en décembre. La victime a témoigné en l’absence de celui qu’elle craint: «Je suis en colère, triste, fatiguée. Je suis inquiète. Quand sortira-t-il de prison?» Le procureur a requis 5 ans pour viol. Verdict ce vendredi.

 

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)