Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le gouvernement canadien a assuré mardi avoir "fait sa part" dans la lutte contre la disparition du caribou forestier, une espèce menacée, et a demandé aux provinces d'agir.

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Le gouvernement canadien a assuré mardi avoir "fait sa part" dans la lutte contre la disparition du caribou forestier, une espèce menacée, et a demandé aux provinces d'agir.
"Les populations de caribous continuent de décliner et les niveaux de perturbation de l'habitat augmentent", a affirmé le ministère de l'Environnement. 

La quasi totalité des forêts et des espaces naturels où vivent les caribous "relèvent de la compétence provinciale et territoriale" au Canada, se défend le gouvernement. 

Les feux de forêt, l'exploitation des bois et la présence humaine sont autant d'éléments venant perturber l'habitat du caribou. Ces perturbations, selon les données publiées mardi, ont augmenté dans les deux tiers des "aires de répartition du caribou" entre 2010 et 2015, selon le rapport gouvernemental.

"Le caribou boréal est une espèce emblématique ainsi qu'un indicateur clé de la santé de la forêt boréale", a souligné Catherine McKenna, ministre de l'Environnement. "Son déclin soutenu est une source de préoccupation", a-t-elle ajouté, en jugeant nécessaire "un niveau sans précédent d'engagement et de collaboration pour assurer le rétablissement de cette espèce".

Le constat du gouvernement fédéral a été salué par l'organisation écologiste Greenpeace qui accuse "les provinces de ne pas en faire suffisamment pour protéger et sauver les espèces menacées". Mettre en oeuvre des mesures de protection du caribou forestier "aidera le Canada à se conformer à ses engagements internationaux" dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique de l'ONU qui impose de protéger 17% de ses terres et milieux humides. 

En juillet, la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) avait estimé que le Canada protégeait moins de 11% de son territoire, soit sous la moyenne mondiale de 15%.

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)