Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VICTOIRE.Les animaux sauvages interdits dans les cirques en Italie et Irlande , bientôt en France ?

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

 Le texte qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018 prévoit que les cirques ne pourront plus faire appel à des animaux «qui ne sont habituellement pas domestiqués». Toute infraction sera sanctionnée d'une peine d'emprisonnement de 5 ans et d'une amende de 250.000 euros.

L'Irlande va interdire l'usage d'animaux sauvages dans les spectacles de cirque à partir du 1er janvier 2018, actant ainsi un large mouvement contre la pratique, à la grande satisfaction de l'association PETA qui a salué ce vendredi la décision. Le ministre irlandais de l'Agriculture Michael Creed a signé jeudi un texte qui interdit désormais de recourir aux animaux «qui ne sont habituellement pas domestiqués dans le pays», renforçant la législation sur la santé et le bien-être animal de 2013.

La loi instaurait 5 grands principes, dont le droit pour les bêtes à ne subir aucune blessure ou maladie ou encore à n'être soumises ni au stress ni à la peur. «C'est un choix progressiste, qui démontre notre engagement envers le bien-être animal», a commenté le ministre dans un communiqué, estimant qu'«il s'agit d'un avis partagé par le grand public que je suis heureux d'appuyer». Toute infraction à cette nouvelle disposition est punissable d'une peine pouvant aller jusqu'à 250.000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement.


Dans le communiqué, le ministre rappelle que les autorités locales ont été de plus en plus nombreuses à refuser que de tels spectacles se produisent sur des terrains publics. Il précise également que le ministère de l'Agriculture est conscient de l'impact que cette décision aura sur l'industrie du cirque, mais souligne que «des dispositions modernes en faveur des animaux amèneront le public à être plus à l'aise avec les spectacles de cirque», alors que le nombre de compagnies itinérantes employant des animaux sauvages a fortement chuté en plus d'une décennie.


Une décision saluée par les associations

La décision a été saluée par la Société irlandaise de prévention de la cruauté contre les animaux (ISPCA), qui menait campagne contre l'emploi d'animaux sauvages. Une pétition lancée en février 2016 a récolté près de 28.000 signatures. Son directeur, Andrew Kelly, s'est réjoui de la nouvelle en réaffirmant que «les cirques ambulants ne peuvent et ne pourront jamais fournir l'environnement adéquat pour des animaux tels que les éléphants, les tigres et les lions qui nécessitent un encadrement complexe sur le plan physique et psychologique».


De son côté, PETA a réagi dans un communiqué «applaudissant» l'Irlande: «Le gouvernement irlandais l'a compris: les mœurs ont changé et le public comprend qu'il est immoral d'enfermer et d'exploiter ces individus sensibles et intelligents».


L'Irlande s'ajoute aux 41 pays qui ont déjà banni - partiellement ou totalement - l'usage d'animaux sauvages dans les cirques, dont 19 en Europe, notamment l'Autriche, les Pays-Bas et la Belgique. En France, ce sont les communes qui ont le pouvoir d'interdire la venue d'un cirque avec animaux sur leur territoire. Au total, 42 villes françaises ont déjà usé de ce pouvoir comme Ajaccio, Yerres, La Ciotat ou encore Bagnolet. En mai dernier, le cirque Bouglione a été le premier en France à abandonner les spectacles avec animaux.

L’Italie est le 41e pays à bannir les animaux des cirques. En France, seulement une soixantaine de communes ont prononcé un telle interdiction, dont quatre dans le Sud-Ouest

Une centaine de cirques exploite près de 2000 animaux sauvages chaque jour en Italie. Ces spectacles itinérants appartiendront bientôt au passé puisque la Chambre des députés italiens vient de voter une loi interdisant l’exploitation d’animaux à des fins de divertissement.


Les règles sur la manière dont l’Italie mettra en œuvre la "mise à la retraite" de toutes les bêtes utilisées dans les cirques seront établies dans un délai d’un an par un décret ministériel.


Les défenseurs des droits des animaux applaudissent la décision italienne. Cité par le Daily Express, Jan Creamer, président de l’association Animal Defenders International (ADI), a déclaré : "En voyageant d’un endroit à l’autre, semaine après semaine, en utilisant des cages et des enclos temporaires, les cirques ne peuvent tout simplement pas subvenir aux besoins des animaux. (…) Nous avons montré la violence et les abus qui sont utilisés pour forcer ces animaux à obéir et à faire des tours."

Les conséquences pour les animaux utilisés dans les cirques ont été maintes fois dénoncées par les associations de bien-être animal : la folie, la fuite ou l’agressivité à l’égard des humains.


L’Italie est le 41e pays à adopter une loi nationale pour interdire les animaux dans les cirques, emboîtant le pas à des nations comme les Pays-Bas, la Roumanie, l’Iran ou l’Inde.

Un numéro du cirque Alexis Grüss



En France, depuis le 18 mars 2011, un arrêté liste les espèces autorisées dans les spectacles itinérants. On y trouve les éléphants femelles, tous les félins et les otaries. Mais d’autres animaux peuvent néanmoins être exploités sur "justification artistique", tels les ours, girafes ou éléphants mâles. Les conditions de détention sont très réglementées.


Les communes sont en droit de refuser tout spectacle itinérant utilisant des animaux sauvages. L’association cirques-de-France en a dénombré 62, dont quatre dans le Sud-Ouest : Pessac et Bègles en Gironde, Lescar et Mourenx dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces arrêtés municipaux datent de 2016 ou 2017.


>> Voir la carte ici


À Pau, le Grand Cirque de Saint-Pétersbourg est installé depuis mercredi à côté du stade du Hameau. La fondation Brigitte Bardot a prévu une action ce vendredi soir pour dénoncer la présence d’animaux en captivité.


A Bayonne, c’est une pétition qui a circulé au printemps pour interdire les cirques utilisant des animaux vivants. Même chose à Agen à l’automne 2016. Une manifestation s’était également produite en janvier 2017 à Bordeaux. Mais les défenseurs des animaux n’obtiennent pas forcément gain de cause. Le mois dernier, une association a été déboutée par le tribunal administratif de Bordeaux alors qu’elle demandait le retrait d’une éléphante d’un cirque de Casteljaloux en raison de mauvais traitements supposés.


La guerre entre les associations de protection animale et les cirques est encore loin d’aboutir au même épilogue qu’en Italie.

http://www.sudouest.fr/2017/11/10/les-animaux-sauvages-interdits-dans-les-cirques-en-italie-bientot-en-france-3936280-4608.php

carte de jeu illuminati de luxe Y2K (2005) ,plan nouvel ordre mondial

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)