Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oise : un chasseur tué par un cerf 6/11/2017

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Un accident de chasse rarissime. Hier matin, sur les coups de 10 h 45, Régis Levasseur, un rabatteur-accompagnateur de 62 ans, a été chargé par un cerf en forêt de Compiègne, alors qu’il participait à une chasse à tir. L’incident s’est produit au lieu-dit la Sente-aux-Poireaux, à 5 km de Saint-Sauveur (Oise), à proximité d’une maison forestière.

L’animal était couché dans les broussailles lorsqu’il a entendu les rabatteurs, ces personnes chargées de débusquer le gibier lors d’une battue.

Suite à cette action de chasse, le cerf s’est relevé et au lieu de partir à l’avant, pour s’enfuir, il est resté dans le sens de sa coulée et a chargé l’accompagnateur, qui avait, entre les mains, un bâton. La victime a été touchée au niveau du thorax par la ramure du cervidé. Il s’agirait d’un cerf âgé entre cinq et six ans.

Les 20 camarades de chasse, présents sur le terrain, ont bien tenté de l’assister mais le malheureux a fait une hémorragie. À l’arrivée du Samu et des sapeurs-pompiers, il était décédé.

Les gendarmes de la brigade de Lacroix-Saint-Ouen sont intervenus pour entendre les témoins de la scène. L’office national de la chasse et de la faune sauvage a également été sollicité. Il devra constater si les règles de sécurité, au titre de la chasse, ont bien été respectées.

Chez les chasseurs, la nouvelle a eu l’effet d’un choc : «  C’était un chasseur aguerri, il était en pleine force de l’âge, proche de la nature », confie Guy Harlé d’Ophove, président de la fédération des chasseurs de l’Oise. Si les accidents de chasse avec des sangliers sont fréquents, les cerfs sont plus rarement impliqués : «  Il reste un animal sauvage, avec des réactions imprévisibles, rappelle Guy Harlé d’Ophove.  C’est un animal dangereux, contrairement à ce que pensent les gens. Ses ramures sont l’équivalent d’un coup de poignard. »

Ce grave accident de chasse survient deux semaines après l’abattage, par un équipage de chasse à courre, d’un cerf dans le jardin d’un particulier. «  Les gendarmes ont pris une sage décision, la preuve qu’un cerf peut être très dangereux  », en conclut Guy Harlé d’Ophove.

Chez les défenseurs de la cause animale, on appelle au calme sur les réseaux sociaux : «  On ne doit pas se servir de ce drame pour polémiquer. Cet accident prouve que la chasse est dangereuse et pas seulement pour les animaux  », commente Martial Mouqueron, militant de L214 et activiste anti-chasse.

Le dernier incident du genre s’était produit en 2013, dans les Yvelines. Un chasseur de 62 ans avait été grièvement blessé après avoir été percuté par un cerf lancé à pleine vitesse, lors d’une chasse qui se déroulait près de Rambouillet.

 

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)

http://www.courrier-picard.fr/69056/article/2017-11-06/un-chasseur-mortellement-blesse-par-un-cerf#