Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Puissant séisme de magnitude 6,3 dans l'est de l'Indonésie et secouée par 5 secousses en 30 minutes 31/10/2017

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

L’est de l’Indonésie a été secoué par une série de cinq secousses ce mardi en l’espace de 30 minutes.

En 30 minutes, les Indonésiens qui habitent dans la province de Maluku ont ressenti une série de 5 secousses, ce mardi. De magnitude 6,3, la plus forte secousse a eu lieu à 32,4 km de profondeur, à 32 km à l’ouest de Hila sur l’île d’Ambon.


Malgré la puissance du séisme, l’alerte tsunami n’a pas été déclenchée. Aucune victime n’est à déplorer, mais les secousses ont causé de nombreux dégâts. Dans la panique, les habitants de la région est de l’Indonésie ont fui leurs habitations, rapporte Le Figaro.


Mochammad Riyadi, responsable de l’agence météorologique indonésienne, a indiqué que "la situation est encore sous surveillance"

Un puissant séisme de magnitude 6,3 a frappé mardi l'est de l'Indonésie. Aucune victime n'a encore été signalée.

Un séisme de magnitude 6,3 a frappé mardi l'est de l'Indonésie, causant des dégâts aux immeubles et faisant fuir les habitants de leurs logements.

Cinq secousses en trente minutes. Le tremblement de terre a eu lieu à 32,4 km de profondeur, à 32 km à l'ouest de Hila sur l'île d'Ambon, a indiqué l'institut américain de géologie (US Geological Survey, USGS). La secousse fait partie d'une série de cinq secousses ayant frappé la province de Maluku en l'espace de trente minutes. Les autres étaient toutes d'une magnitude inférieure à 6. Aucune victime n'a été signalée pour l'instant et l'alerte au tsunami n'a pas été déclenchée.

"Il y a eu des dégâts et la situation est encore sous surveillance", a déclaré un responsable de l'agence météorologique indonésienne, Mochammad Riyadi. L'Indonésie est située sur la "ceinture de feu" du Pacifique, où la collision de plaques tectoniques cause de fréquents séismes et une importante activité volcanique. Un séisme dans la province d'Aceh en décembre 2016 avait fait plus de cent morts.

 

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)