Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Séisme à la frontière irano-irakienne: un barrage endommagé

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Plusieurs morts, des maisons démolies, des rues encombrées… Un séisme d'une magnitude de 7,3, ayant frappé hier la frontière de l'Iran et de l'Irak, a déjà provoqué des dégâts importants. Selon le ministre kurde de l'Agriculture, le barrage de Darbandikhan, situé au Kurdistan irakien, a été aussi gravement endommagé suite au tremblement de terre.
Le barrage de Darbandikhan, situé au Kurdistan irakien, a été endommagé par un séisme puissant survenu dimanche soir, a déclaré le ministre kurde de l'Agriculture, Abdul Sattar Majeed.

«Le barrage de Darbandikhan a été endommagé à la suite du tremblement de terre», a déclaré le ministre cité par la chaîne de télévision Al Sumaria.

Le ministre a précisé que les spécialistes étudiaient pour le moment la gravité des dégâts. Il a également exhorté les citoyens à «ne pas s'approcher du barrage dans l'intérêt de leur propre sécurité».


Auparavant, le ministre iranien des Ressources hydrauliques, Hasan al-Janabi, a rapporté qu'à la suite du tremblement de terre survenu à la frontière irano-irakienne, un effondrement de montagne s'était produit près du barrage de Darbandikhan.
Au moins 200 personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées dans un tremblement de terre de magnitude 7,3 qui a frappé dimanche soir le nord-est de l'Iraket des régions frontalières en Iran et en Turquie. Le bilan précédent était de 164 morts.

Selon l'Institut géologique américain (USGS), la secousse a été enregistrée à une profondeur de 25 km à une trentaine de km au sud-ouest de la ville d'Halabja, dans une zone montagneuse de la province irakienne de Souleimaniyeh. Elle a également été ressentie en Turquie où ni dégâts ni victimes n'ont été enregistrés, selon les autorités.

 

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)