Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[PERIODE DE CHASSE]Tarn-et-Garonne:Les sangliers investissent les zones urbaines

Publié le par 2012nouvelmorguemondial

Le nombre de sangliers en Tarn-et-Garonne est en constante augmentation, d'après la Fédération départementale de chasse. Les bêtes, qui produisent toujours plus de dégâts, se rapprochent des villes et sont donc plus difficiles encore à chasser.

Vous les avez sûrement déjà aperçus sur le bord des routes. Ils sont toujours plus nombreux dans le département. Eux, ce sont les sangliers. Une cause de problèmes à la fois pour les chasseurs et les agriculteurs. Et bientôt, ce pourrait être aux citadins de se méfier. Les bêtes, de plus en plus difficiles à contenir, se rapprochent des villes du département. «Nous avons abattu à l'heure actuelle une soixantaine de sangliers autour de Montauban. C'est à peu près équivalent aux chiffres du Quercy !», s'inquiète Thierry Cabanes, le président de la Fédération départementale de chasse.

Les causes de cette multiplication seraient doubles d'après la Fédération : la fermeture de certains secteurs de chasse, et le climat doux voire chaud qu'a connu le département. «Les chiens sont fatigués plus rapidement. Sans humidité, il est aussi plus difficile pour eux de sentir les animaux. Tous ces facteurs rendent la pratique plus difficile.»

Chasse à l'arc

«On voit de plus en plus de bêtes près du village, explique M. Barrault, chef de battue à Saint-Antonin-Noble-Val. On essaie de discuter avec les habitants, on les prévient, et ça se passe bien en général. Les gens ont l'habitude de nous voir.»

Cette présence est aussi plus importante en zone périurbaine, où les contraintes sont plus nombreuses. Car légalement, les battues doivent se dérouler à plus de 150 m des habitations. «C'est plus difficile de chasser par exemple dans le quartier Saint-Martial, confie Alain Bolufer, président de l'ACCA de Montauban. La ville s'agrandit et les habitants ne mettent pas de clôture. Les sangliers passent donc là où ils ont l'habitude, même si ce sont dans des lotissements.»

Pour faire face à ces nouvelles problématiques, la chasse en milieu périurbain s'adapte avec des moyens mieux perçus par la population. «Nous essayons de donner une part plus importante à la chasse à l'arc. Cela fait moins de bruit, engendre moins de peur», explique M. Bolufer.

 

Ce billet n'affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias alternatif, et divers medias mainstream. Il cite les sources: articles de presse/vidéos.

    Conformément au sens de l'art du code pénal , il ne peut être considéré comme diffamatoire (art. 34 de la loi du 29 juillet 1881).

    En conséquence, sa censure serait assimilable à entrave à la liberté d'expression (L431-1 du code pénal)